Aller au contenu principal

Maïs
Protection contre les ravageurs du sol en 2010

Bien qu’assez discret en 2009, le taupin fait partie des ravageurs les plus importants du maïs. Ses attaques peuvent occasionner des dégâts sévères, allant parfois jusqu’à la destruction totale du maïs dans les cas les plus graves. Dans les parcelles à risque, une protection préventive peut s’envisager. Arvalis fait le point sur les différentes solutions disponibles sur le marché.

Pour les semis de maïs en 2010, 3 solutions de protection
sont disponibles aujourd’hui : Force 1,5 G, téfluthrine en microgranulés à appliquer avec un diffuseur, Belem 0,8 MG, cyperméthrine en microgranulés à appliquer avec un diffuseur et Cruiser 350, thiamethoxam en traitement de semences, avec une autorisation temporaire jusqu’au 15 mai 2010.
Les 3 solutions sont autorisées dans la lutte contre le taupin, mais seul Cruiser possède une utilisation contre l’oscinie.

Force 1,5 G
Ce produit à base de téfluthrine (famille des pyréthrinoïdes) formulé en microgranulés est autorisé sur les cultures de maïs et de maïs doux, contre les taupins, à la dose de 12.2 kg/ha.
L’application du produit doit être réalisée au moyen d’un diffuseur spécifique placé à la sortie du tube de descente des microgranulés .
L’homologation du Force 1,5 G est accompagnée de restrictions d’usage : limitation de son utilisation à une année sur trois sur la même parcelle, porter des gants de protection, un vêtement de protection et un masque antipoussières pendant toutes les phases d’application.

Belem 0,8 MG
Le Belem 0,8 MG, microgranulés dont la substance active est la cyperméthrine, est autorisé sur les cultures de maïs et maïs doux, sorgho et tournesol, contre le taupin, à la dose de 12 kg/ha.
De la même manière que pour le Force 1,5 G, l’application de cyperméthrine nécessite également un diffuseur spécifique, que l’on appelle diffuseur “queue de carpe”.
L’homologation du Belem 0,8 MG ne s’accompagne pas de la restriction de limitation de son utilisation à une année sur trois.
La téfluthrine et la cyperméthrine font partie de la famille des pyréthrinoïdes. Ces molécules ne sont pas mobiles dans le sol et agissent là où elles sont positionnées. C’est la raison pour laquelle l’application du Force 1,5 G et du Belem 0,8 MG doit être réalisée à l’aide de diffuseurs spécifiques lors du semis afin de répartir les microgranulés dans la raie de semis (et non pas seulement au fond de la raie de semis).
D’une façon générale, les 2 produits apportent un niveau de protection comparable, et satisfaisant sur des niveaux d’attaque moyens. Sur des fortes attaques, l’efficacité peut être irrégulière, voire insuffisante. L’efficacité de ces 2 produits est surtout liée à la qualité de l’application des microgranulés lors du semis. La technique est simple et efficace avec des semoirs disposant de socs (avec ou sans disques ouvreurs). Cependant, l’application des microgranulés est plus délicate, et donc le niveau de protection plus variable, lorsqu’il s’agit d’un semoir à disque ne disposant pas de soc. Dans le cas d’une application irrégulière (préparation du sol un peu trop grossière, sol motteux, sol trop lissé, quantité importante de résidus végétaux…), le niveau de protection contre les attaques de taupins peut vite s’avérer décevante (graphique 1).

Cruiser 350
Traitement de semence à base de thiaméthoxam, le Cruiser 350 est autorisé pour la campagne 2010. Comme en 2008 et 2009, cette autorisation est réservée aux maïs grain, maïs fourrage et maïs porte-graine femelle, pour les semis à réaliser avant le 15 mai et pour une densité maximale de 110 000 graines par hectare. S’assurer que les semences traitées sont enfouies au bout des sillons. Cette nouvelle homologation est également accordée pour lutter contre les cicadelles et les attaques précoces de pucerons.
Le Cruiser est une solution satisfaisante sur le plan technique pour protéger les semis de maïs contre les attaques de taupins et d’oscinies. Son efficacité est particulièrement intéressante en cas de forte attaque de taupins. Attention toutefois au risque de diminution d’efficacité en cas de pluviométrie excessive après le semis (graphique 2).
A noter qu’il est désormais possible de protéger un maïs à l’aide de Cruiser 350, quelle que soit la protection insecticide utilisée sur maïs au cours de l’année précédente : autrement dit, une parcelle protégée par du Cruiser en 2009 peut être protégée par du Cruiser 350 en 2010.
L’utilisation d’un déflecteur à la sortie de la turbine du semoir est obligatoire, afin de diriger les poussières vers le sol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité