Aller au contenu principal

Culture
Protection insecticide des semis de maïs

© CA 50
Pour 2012, 3 solutions insecticides s'offrent aux agriculteurs pour protéger leurs semis :- Force 1,5 G et Belem 0,8MG : produits de contact à base de pyréthrinoïdes en localisé au semis. La préparation du sol, l'état hydrique du lit de semence sont des facteurs influençant l'efficacité de ces produits tout comme le positionnement au moment du semis qui nécessite l'utilisation de diffuseurs pour assurer une bonne répartition du produit dans le lit de semence.- Cruiser 350 en traitement de semences. Force 1,5G et Cruiser 350 sont soumis à des conditions d'utilisation réglementaires spécifiques. Elles sont pour 2012 identiques à celles imposées en 2011. Rappelons que Force1,5G n'est utilisable qu'un an sur trois.
L'utilisation d'une protection insecticide pour le maïs, compte tenu du coût, doit se raisonner en fonction du risque potentiel des parcelles. Concernant les taupins, les principaux facteurs de risque sont la présence de taupins sur la parcelle les années précédentes et le retournement d'une prairie longue durée depuis moins de 5 ans, avec un risque accru en n+1 et n+2 suivant le retournement.Autant il est économiquement rentable de faire une protection insecticide sur les parcelles à risque, autant sur les parcelles ne présentant pas de risque particulier, il est tout à fait possible de faire une impasse. Des essais d'utilisation du Cruiser en situation de risque “taupins” faible par les Chambres d'agriculture de Normandie et Arvalis de 2008 à 2011ont montré qu'il n'y avait pas de gain significatif de rendement. A partir des résultats de ces essais nous avons pu calculer que le surcoût lié au traitement Cruiser n’est compensé par le gain de rendement obtenu que dans 14 à 23 % des cas (selon les hypothèses de coût du maïs), et qu’en moyenne il engendre une perte de 46 à 60 €/ha.N'oublions pas qu'au-delà de la protection insecticide, favoriser une implantation rapide du maïs par une mise en place de la culture dans des conditions agronomiques favorables aide indirectement à limiter les attaques. Le travail du sol et le semis se doivent d'être réalisés dans les meilleures conditions possibles. Le semis dans des terres ressuyées et réchauffées, à une profondeur adaptée, le choix d'une variété disposant d'une bonne vigueur au départ ainsi que l'apport d'une fumure starter sont autant d'atouts importants dans les parcelles à risque.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
MLC AG
La revanche de la coop sur le grand export
Mardi 8 septembre, les Maîtres Laitiers du Cotentin étaient réunis en assemblée générale. La coopérative annonce la négociation…
Publicité