Aller au contenu principal

Saison des moissons
Prudence sur les routes

De gros engins vont circuler. Leur gabarit et leur vitesse peuvent surprendre les usagers. L’occasion de rappeler quelques bonnes pratiques, ainsi qu’un point sur la réglementation des convois agricoles pour une route partagée en sécurité.

Des spécificités pour les véhicules avec des outils portés s’appliquent. DR
© Cran

L’été s’installe et avec lui, les moissons débutent dans les campagnes. Durant cette période, les conditions de circulation ne sont pas toujours évidentes. Quelles sont les bonnes pratiques d’aménagement pour une route partagée, en sécurité ?
Du mobilier urbain bien positionné, des accotements larges et stabilisés, des giratoires bien dimensionnés… Les solutions sont nombreuses pour réaliser des aménagements routiers conciliables avec la circulation des engins agricoles.

Règles pour le convoi agricole


Depuis le 1er mars 2007, la réglementation considère votre tracteur agricole, attelé avec des outils dépassant un certain gabarit, comme un convoi agricole. Ce dernier doit donc être équipé d’une signalisation renforcée pour visualiser tout dépassement de gabarit.
Les dimensions des convois du groupe A sont catégorisées entre 2,55 m et 3,50 m maximum en largeur pour une longueur entre 18 et 22 m maximum. Le classement dans le groupe A est également conditionné par :
• Le port d’un outil avant supérieur à 1 m de long ;
• Le port d’un outil arrière dont la longueur est supérieure à 4 m ;
• Les équipements de lutte contre le tassement (pneus larges) : largeur maxi de 3,5 m pour les tracteurs et 3 m pour les remorques.
Au-delà de ces dimensions et dans la limite de 25 m en longueur et 4,50 m en largeur, on passe dans la catégorie groupe B, avec véhicule d’accompagnement et responsable de convoi.

La signalisation à respecter pendant les moissons


Au-delà de 2,55 m de largeur, il faut apposer quatre panneaux rouge et blanc aux extrémités latérales, à l’avant et à l’arrière. À défaut, deux panneaux double face ou des feux d’encombrement peuvent être utilisés. Le convoi agricole doit alors circuler avec les feux de croisement allumés, de jour comme de nuit. Lorsque l’outil masque les feux obligatoires à l’arrière du tracteur, la signalisation doit être reportée sur l’outil (indicateurs de changement de direction, feux rouges, etc.).
Pour les tracteurs équipés de jumelage ou de pneus larges dépassant le gabarit de 2,55 m, mais restant dans la catégorie A (3,5 m maximum), la signalisation ne s’impose pas si le dépassement est seulement dû aux pneumatiques. Cette règle s’applique également aux véhicules remorqués (bennes, tonnes, épandeurs, etc.) dans la limite de 3 m.

Dépassements en longueur avec des outils portés


Des spécificités pour les véhicules avec des outils portés s’appliquent. Pour les engins avec des outils supérieurs à 1 à 4 m à l’avant et 1 à 7 m à l’arrière, il est nécessaire d’adapter la signalisation avec un panneau (carré ou rectangulaire) ou une bande autocollante rouge et blanc à l’extrémité, ainsi qu’un panneau rouge et blanc de chaque côté de l’outil pour une longueur de 1 à 4 m ; deux panneaux pour une longueur de 4 à 7 m. Dans les deux cas, cette signalétique est renforcée par des catadioptres.

Règlements spécifiques pour les convois agricoles de groupe B


Le convoi doit respecter les exigences du groupe A, mais nécessite en plus d’être accompagné d’un véhicule pilote. Ce dernier peut être une voiture ou une fourgonnette, mais en aucun cas, un véhicule agricole (tracteur, télescopique, etc.). Le véhicule pilote ne doit pas tracter de remorque. Son chauffeur est responsable du convoi, il veille au respect de la réglementation, à sa sécurité et celle des autres usagers de la route. Le véhicule pilote précède le convoi dans la majorité des situations, mais il se place derrière s’il s’agit d’une route à chaussée séparée.
Il doit circuler les feux de croisement allumés et 1 gyrophare visible tous azimuts. Il doit aussi être équipé de 2 panneaux Convoi agricole, visibles à l’avant et à l’arrière (un panneau double face possible), ainsi que rouler à 25 km/h, alors que la vitesse de 40 km/h est possible pour le groupe A (sous réserve d’homologation).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité