Aller au contenu principal

Cheval
Quand la mise à la REPRODUCTION des juments bat son plein

Agitation bien particulière en saison de monte. Pour optimiser les performances, on a recours aux techniques modernes de mise à la reproduction et de suivi.

Balade au GAEC de l'AUMERAIS, élevage référent du Selle Français.
7 h 30. Tout le monde est sur le pont. Denis et Christian ont mobilisé toutes les forces vives. On jette un premier coup d'œil aux chevaux.
7 h 45. Arrive le fleuron de l'élevage. Jivaro du Rouet doit être prélevé. Il fait l'objet d'un contrat avec les Haras Nationaux: 25 doses d'insémination doivent être prélevées (5 utilisées sur l'élevage et 20 collectées par la navette des Haras Nationaux). Destination les Centres de mise en place situés entre Pompadour (Corrèze) et Bacqueville-en-Caux (Seine-Maritime) dans la journée. Le point de ralliement se trouve sur l'aire de repos de l'autoroute, à 9 h 15.

Concentration minimum en SPZ
Dès que Jivaro du Rouet arrive près du mannequin, une jument (toujours la même), est approchée. Moins d'un quart d'heure est nécessaire au prélèvement. Actuellement, les récoltes se produisent 3 fois/semaine. Dans le laboratoire, la semence est filtrée puis observée au spectrophotomètre (concentration) et microscope (mobilité et anormaux). A redouter : les fluctuations de température. "Les 25 doses sont possibles, lance Denis soulagé. Nous devons conserver 200 millions de spermatozoïdes (SPZ) par dose d'insémination. Aujourd'hui, on peut en faire 35.”
Pour la dilution : du lait de vache UHT maintenu à 35° fournit à la fois le dilueur et la nourriture pour la semence. "C'est l'avantage du sperme frais. Lorsque l'on veut faire du congelé, le laboratoire ambulant du CIA doit venir. La congélation est bien plus complexe !" Les 20 doses destinées aux éleveurs du grand ouest sont prêtes peu après 8 h.

l'’IA : vraiment un plus
Au GAEC de l'Aumerais, on se passerait difficilement désormais de l’IA. Pour les juments, les déplacements sont maintenant rares. Pour l'étalon, c'est encore mieux. "Au lieu de faire un maximum de 3 saillies/jour, Jivaro va être le père d'une soixantaine de poulains tout en continuant à sortir en concours ! Financièrement, l'incidence est grande".
9 h 30. Denis et Christian ont repris leur baguette de chef d'orchestre. Le premier, après avoir croisé la navette des Haras nationaux, s'active près de la salle d'insémination. Le second organise les mouvements d'animaux. Trois juments et leur poulain sont dans la cour. Elles on été diagnostiquées en chaleur la veille. Les étapes s'enchaînent : entrée dans la salle, contention, préparation de la jument, mise en place de la semence et sortie du bloc saillie.
L'arrivée des éleveurs  venus mettre leur jument à la reproduction ne perturbe pas l'ensemble. Tout juste en augmente-t-elle l'ampleur. Christian  lance : "cela fait 17 ans que l'on travaille ainsi. Vu notre effectif de poulinières, on n'aurait plus le temps d'emmener les juments très loin à la saillie. Sanitairement, c'est aussi un plus."

Suivi gynécologique maximum.
11 h 00. La voiture du vétérinaire s'immobilise dans la cour. Le GAEC de l'Aumerais possède une souche d'animaux de haute valeur génétique. Quand vient le printemps, toutes les poulinières sont régulièrement échographiées afin d'augmenter la rentabilité de l'élevage. Ici, l'activité de naissage est essentielle.
"Le grossissement d'un follicule nous permet de prévoir la venue en chaleur et de prendre rang pour l'IA. C'est une économie de temps et de semence". Et ce n'est pas le seul avantage : "On peut plus facilement utiliser une chaleur de lait si l'utérus a eu le temps de se préparer". Les diagnostics s'enchaînent pour confirmer la venue en chaleur ou la gestation. Dominique, le voisin, est venu avec ses 2 juments lusitaniennes. "Elles ont été mises à la saillie à plusieurs centaines de km. Comme je viens de les ramener, je souhaite savoir si la gestation tient toujours".
On peut faire revenir une jument en chaleur. Juste le temps de bloquer les juments et l'opérateur est au travail. Tous les regards convergent vers l'écran. Petite tache que le novice ignorerait. On est à 30 jours après saillie. Follicule en croissance ou corps jaune ? Embryon ou kyste ? "On voit le cœur de l'embryon qui bat "!! Le suspens tombe. Pour Dominique aujourd'hui, c'est tout bon ! "S'il n'y avait pas de gestation, à ce moment de la saison, on pourrait encore faire venir la jument en chaleur. Le suivi gynécologique nous offre vraiment plus de possibilités".
12 h 15. Le matériel est rangé. Finies les allées et venues des animaux en tous sens. Les derniers chevaux tournent encore dans le marcheur, mais tout se ralentit.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

circulation engins agricoles
Il manque 50 cm pour la circulation des engins agricoles
La circulation des tracteurs et autres engins agricoles en zones périurbaines ou en cœur de bourg devient de plus en plus…
Aurélie Cauchard au Meilleur pâtissier
Aurélie Cauchard sélectionnée au Meilleur pâtissier
Agricultrice à Savigny (centre Manche), Aurélie Cauchard est montée à Paris pour tenter une nouvelle aventure. Elle sera dès ce…
Éric Hatteville, Philippe Marie et Ludovic Blin, respectivement responsables lait pour les FDSEA 61, 14 et 50/région.
« La situation des producteurs de lait est alarmante »
La FRSEA de Normandie a convié la presse, lundi 20 septembre 2021, dans l’exploitation de Thomas Pelletier et Philippe Marie,…
Visite Xavier Bertrand - 61
Xavier Bertrand prend les agriculteurs aux tripes
Le président des Hauts-de-France a rencontré une poignée d’agriculteurs samedi 9 octobre 2021 à la foire Saint-Denis à Montilly-…
VIDEO. L’andaineur à tapis améliore la qualité des fourrages
Florian Lottin est entrepreneur de travaux agricoles à Villedieu-lès-Bailleul dans l’Orne. Aussi à la tête de sa propre…
association Cultures partagées
Le monde agricole soutient les jardins amateurs
L’association Cultures partagées, créée par Agrial, le Crédit agricole de Normandie et la Safer de Normandie, a financé l’achat d…
Publicité