Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Innovation
Quand l’arrachage du lin s’appuie sur la précision du GPS

L’arrachage du lin est une étape essentielle pour les liniculteurs. Et la qualité de cette procédure joue aussi sur les résultats économiques.

L’appui du GPS à l’heure de l’arrachage du lin : une approche qui facilite le travail avec des résultats intéressants en terme de qualité d’intervention.
L’appui du GPS à l’heure de l’arrachage du lin : une approche qui facilite le travail avec des résultats intéressants en terme de qualité d’intervention.
© Latitude/EV

Emmanuel Vauquelin n’amuse pas le terrain, il l’organise. Ce spécialiste du GPS installé à Venon poursuit, avec sa société Latitude, le développement de nouvelles techniques avec le GPS. “Et les possibilités sont nombreuses, surtout dans le domaine agricole” commente le jeune chef d’entreprise. L’expérience aidant (cela fait plus de dix ans qu’il commercialise du GPS), Emmanuel Vauquelin ne cesse d’entreprendre de nouvelles pistes d’utilisation. La dernière en date concerne l’appui du GPS pour l’arrachage du lin.

 

L’arrachage, une opération délicate

“Ce n’est pas d’aujourd’hui que je m’intéresse aux applications du GPS dans la conduite culturale du lin explique Emmanuel Vauquelin. A l’observation, l’arrachage du lin est une opération qui impose aux intervenants beaucoup d’attention et de précision dans un laps de temps souvent réduit. Des conditions pas toujours très évidentes pour les liniculteurs et que la technique du GPS peut largement faciliter...”   Et pour confirmer ses dires, le responsable de la société Latitude a installé le système sur des arracheuses. “Nous avons donc engagé cette campagne d’arrachage et les avantages de cette conduite assistée sont nombreux...”  Parmi les premiers avantages cités, la qualité d’arrachage.

 

Une véritable homogénéité des nappes de lin

 “Souvent, nous constatons que l’épaisseur des nappes de lin n’est pas la même sur leur largeur. Grâce à la précision du GPS installé sur l’arracheuse, les nappes de lin sont très homogènes. Ce qui permet, au final, un bien meilleur rouissage. Et si l’on pousse un peu dans le détail de cette qualité des nappes de lin,  à l’heure du classement des lots, cette homogénéité obtenue est un élément essentiel sur le plan économique...”                    

Pour en revenir à la technique d’arrachage, “la machine travaille à plein tout le temps grâce au GPS et elle permet ainsi de n’avoir qu’une seule et unique pointe dans la parcelle. Résultat, vous facilitez les interventions suivantes et vous éliminez, par la même occasion, les nappes de très faible épaisseur qui sont causées habituellement par les pointes.”

Autre “atout” de cette technique défendue par Emmanuel Vauquelin, le confort de travail. “L’attention est portée à quasiment 70 % sur la conduite de l’arracheuse par son chauffeur.  Hors, avec notre système, vous permettez au chauffeur d’être plus serein dans la conduite de sa machine et vous réduisez, du même coup, sa fatigue. Enfin, avec ce système, vous pouvez effectuer l’arrachage de nuit dans les mêmes conditions que de jour...”

 

Retrouvez d'autres photographies

dans notre édition papier de l'Eure Agricole du 24 juillet 2008

page 5


Pour en savoir plus...

SARL Latitude,

9-13, rue des drapiers,

27 110 Venon.

02 32 40  03 26

ou 06 14 20 77 69

www.latitudegps.com

evauquelin@latitudegps.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité