Aller au contenu principal
Font Size

Quand l'épi est cueilli à l'ancienne

Denis Leprince et son fils participent à la Fête de l'ensilage à l'ancienne depuis le début. Entrepreneur agricole à Truttemer-le-Petit (14), il a toujours voulu trouver la perle rare pour l'événement. Défi réussi pour l'édition 2016. Denis a dégoté une machine que l'on ne voit pas tous les jours.

© MM

"J’ai apporté une drôle de machine pour cette édition. J’avais essayé d’en trouver une pour celle de 2014 mais en vain. Elles sont plutôt difficiles à trouver. Il en reste quelques-unes en Pays de Loire et Indre et Loire ", annonce Denis Leprince.

Retour dans les 70's

Encore une fois, la Fête de l’ensilage à l’ancienne de Chaulieu (50) a regroupé des milliers de visiteurs. Pour l’occasion, Denis Leprince a réussi à convaincre un agriculteur de Saumur (49) de lui prêter sa machine. " Quand je l’ai récupérée, elle fonctionnait déjà très bien. C’est une machine des années 1970 et rien n’est plus magique que de la voir tourner aussi bien aujourd’hui ", s’enthousiasme l’entrepreneur.

Principe et fonctionnement

L’ensileuse cueille uniquement l’épi (quand les grains sont bien mûrs). On les met ensuite à sécher dans des cribles afin qu’ils soient battus au mois de mars/avril. Une réelle chance
pour les visiteurs que d’assister à la démonstration de vieilles machines de ce genre, quasi impossible à voir tourner de nos jours.

Une envie d'évolution

" Je suis toujours à la recherche d’évolutions pour la Fête de l’ensilage.J’espère revoir cette machine pour 2018 et en trouver d’autres ", témoigne Denis Leprince. C’est son fils qui a oeuvré à la démonstration sur la doyenne.

Du baume au cœur

" C’est une belle édition », lancent Denis et son fils. « Il y a eu beaucoup de visiteurs, la journée s’est très bien déroulée, sans panne. Nous sommes prêts pour 2018 ", s’amuse l’entrepreneur. Malgré une année compliquée quelle que soit la production, l’ambiance n’était pas mauvaise dimanche dernier aux confins de l’Orne, la Manche et le Calvados. " C’est dur pour tout le monde. On y met tous du nôtre et la solidarité fait du bien. Après une année catastrophe entre commerce, récoltes et rendements, on espère avoir des maïs de qualité, mais avec de petits volumes ". Rendez-vous en 2018 pour une nouvelle édition avec un ensilage de nouveautés.

Pour commander le dvd de l'édition 2016, téléchargez le fichier joint ci-dessous :

7Y7SZ0MM_2.pdf (922.54 Ko)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité