Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Concours
Quand un élevage bio décroche un Sabot d´or

Didier et Carine Pellerin ouvrent les portes de leur élevage Charolais mardi prochain. Signe particulier, l´Earl des Bruyères vient de remporter le Sabot d´or.

De mémoire de producteur de Charolais, c´est la première fois qu´un éleveur calvadosien remporte un Sabot d´or. De mémoire de producteur bio aussi d´ailleurs. Le lauréat 2006 est Didier Pellerin, de l´Earl des Bruyères, bien accroché sur ses coteaux du Pays d´Auge aux Monceaux (entre St-Pierre-sur-Dives et Lisieux - 14). L´élevage ouvrira ses portes mardi 14 mars à partir de 14 heures.

180 ha d´herbe
Deux associés, un salarié, 180 ha de prairies permanentes dont 17 ha en verger haute-tige et 60 ha en pente. Le tout pour un quota de 95,3 vaches allaitantes de race Charolaise ! Tel est le décor quotidien de Carine et Didier Pellerin, installés en 1992 aux Monceaux (14). Soucieux de faire valoir le domaine agricole familial en respectant l´environnement, de pouvoir en vivre en conciliant travail et vie de famille et d´élever un troupeau bovin le plus naturellement possible en respectant l´environnement, ils se sont orientés vers le bio. C´est ainsi que l´exploitation a été certifiée en 2000. Ils adhèrent à Normandie Viande Bio pour se grouper entre producteurs et planifier les ventes vers la grande distribution et développent parallèlement la vente directe pour une meilleure valorisation de la production bovine et cidricole.

Maîtrise technique
Si l´élevage vient de décrocher l´or sous son sabot (voir encadré), ce n´est pas le fruit du hasard. Produire bio suppose une maîtrise technique encore plus poussée qu´en élevage traditionnel. L´Earl des Bruyères, comme 174 autres élevages calvadosiens dont 78 en Charolais, utilise les services de Bovins Croissance et contrôle ses performances. Des résultats qui vous seront largement commentés à l´occasion de cette opération portes ouvertes. Un rendez-vous, bio ou pas bio, à ne pas manquer.
Th. Guillemot


Les Sabots
Le concours des "Sabots" est organisé par France Bovins Croissance en association avec la revue "Réussir Bovins Viande et les sociétés Pfizer et RAGT Semences. Il récompense les meilleurs élevages en races allaitantes sur le plan génétique et sur le plan technique ainsi que leurs techniciens Bovins Croissance. Il se déroule à 3 niveaux : départemental (Sabots de bronze), régional (Sabots d´argent) et national (Sabots d´or). Les éleveurs participant à ce concours sont les adhérents au service VA4 de Bovins Croissance ayant plus de 20 vaches, respectant le règlement technique national et dont le troupeau a été connecté sur au moins une des quatre dernières campagnes. Il faut également être conforme avec le programme sanitaire départemental. Cela signifie que la sélection est faite sur quasiment la totalité des troupeaux en race pure de qualité. Les critères retenus sont comparés à la moyenne raciale et doivent être soit supérieurs ou inférieurs à celle-ci selon les critères. En Charolais, les critères d´élevage sont les suivants :
- Moyenne IVMAT mères supérieure à 96,9,
- Moyenne ISEVR veaux supérieure à 100,3,
- Moyenne PAT 210 ajusté supérieure à 282,5 kg,
- Intervalle vêlage/vêlage moyen du troupeau inférieur à 401 jours.
Au niveau Bovins Croissance, est pris en compte le % de PAT (poids Age Type) à 210 jours récupérés par rapport au nombre de veaux nés (supérieur à 68,9 %) ainsi que le pourcentage de pointages (supérieur à 73 %). Avec ces données, une note globale est calculée par élevage permettant de classer les éleveurs. Selon les races, les différents critères ont plus ou moins d´importance pour le calcul. Tous ces index sont calculés à partir des performances récupérées dans le cadre du service VA4 Bovins Croissance. Ce service consiste à peser les veaux afin de déterminer les PAT à 4 et 7 mois. Ce service consiste également à pointer les veaux afin d´obtenir une photographie morphologique de chaque animal au sevrage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité