Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filières viande bovine
"Que veulent réellement les éleveurs ?"

Grosse colère de Michel Hamel, président d’APV 50, lors de l’AG “nous n’arrivons pas à trouver d’animaux alors que la demande existe”.

Interviewé récemment dans nos colonnes, Michel Hamel, président de l’association des producteurs de viande de la Manche, a remis le couvert sur des filières parfois négligées par les producteurs, notamment la FQRN, mardi 16 décembre, lors de l’assemblée générale se déroulant à St-Lô. Payés plus chers ailleurs ? APV 50 a t-elle du plomb dans l’aile ? Pas exactement mais cette association, courroie de fonctionnement entre les filières d’approvisionnement et l’aval, a du mal à fonctionner à plein régime. Michel Hamel, amer, lâche, “certaines filières sont en évolution, d’autres en régression. Il n’est pas logique de voir des animaux mis ailleurs sous prétexte qu’ils seraient payés plus chers”. Le président d’APV 50 plaide donc pour le maintien d’un outil mis en place par les producteurs et les favorisant, “si l’on souhaite que les OP non commerciales perdurent, il va falloir bouger”. Et d’interpeller la salle, “j’aimerais que vous me disiez pourquoi vous allez ailleurs ? Avec quel cahier des charges, quels frais d’approche ?”.Pas de réponse parmi la cinquantaine de personnes présentes. L’occasion pour Michel Hamel d’enfoncer le clou, “nous sommes la seule OP non commerciale à ne pas faire payer la visite de qualification d’élevage à nos adhérents. Celle-ci coûte normalement entre 80 et 95 euros”. Chez APV 50, on plaide aussi pour un pluralisme dans la commercialisation, “50% de la viande bovinepasse par les négociants”. Résultat en baisse Côté finances, APV 50 voit son résultat 2006 fondre comme neige au soleil en raison d’une drastique baisse de subventions. Explications du commissaire aux comptes, “De 37 4765 euros d’aides, on est tombé en 2007 à 12 210”. Le résultat net plonge donc à - 12 490 euros. Pourtant APV 50 représente un poids économique loin d’être négligeable. Elle regroupe 622 adhérents (587 éleveurs) à travers 8 filière à plus-value dont la FQRN qui se taille la part du lion avec 410 éleveurs. “Problème, alors que 125 à 130 000 vaches normandes sont abattues dans l’Ouest, nous ne sommes pas capables d’en trouver 25 000 pour FQRN. J’ai même dû refuser des parts de marché chez Carrefour par manque d’animaux”. Et d’avertir, “si la filière est supprimée, toutes les vaches de réforme, quelque soit la race, seront au même prix”.Les filières APV 50 Les filières APV 50 Boeuf tradition bouchère : 8 éleveurs fournissant de la génisses de viande. 32 bovins abattus pour une moyenne de poids à 401, 18 kg. Engagement Qualité Carrefour Charolais : 18 éleveurs, femelles de race Charolaise âgées de 10 ans maximum (R-, R=, R+ et U-). Poids entre 320 et 460 kiols. Plus-value de 0,07 euro/kg. 46 vaches abattus (moyenne à 390,32 kilos). Jeunes bovins TUV : 1 éleveur, taurillons charolais et croisés charolais avec une race à viande. Plus-value : 0,08 euro/kilo. 20 bovins abattus (moyenne à 400,73 kilos). Boeuf du Pays Normand : 30 éleveurs fournissant boeufs et génisses de race 38-34-56-79-41 et croisements entre ces races. Conformation supérieure ou égale R, extension à la classe O pour la race Normande.. Plus value, environ 0,12 euro/kg suivant l’abatteur. 51 animaux commercialisés. Boeufs Terre et Saveur : 141 éleveurs. Boeufs normands de 340 à 420 kg et de 26 à 42 mois. PLus value de 0,08 euro/kg. 351 animaux commercialisés. Boeuf de nos Régions : 39 éleveurs fournissant des génisses et boeufs nés et élevés en France. Race : Toutes les races leurs coirsements sauf laitier pur et laitier mixte. Age : 18 à 30 mois (mise en contrat avant 12 mois). Plus value : 0,18 euro entre 270 et 430 kg; 0,11 euro pour un poids supérieur à 430 kg. 381 animaux abattus. Filière Qualité Race Normande : 410 éleveurs fournissant des femelles de 28 à 108 mois et de boeufs de + de 30 mois. Plus-value : 0,08 euro/kg. Complément SVA/CBPE : 186 éleveurs engagés. Boeufs de moins de 8 ans, classés en 2 ou 3 d’engraissement, sans saisie sur les bovins et dont le PH est inférieur à 6. Plus-value : 0,03 euro/kg. 5459 animaux abattus, dont 3637 bovins primés.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité