Aller au contenu principal

Quel avenir pour les exploitations normandes de grandes cultures ?

Les Chambres d’agriculture de Normandie ont lancé une étude prospective sur l’avenir des exploitations de grandes cultures normande à l’horizon 2030. Avant de se projeter, il est nécessaire d’observer et de décrire la situation de départ.

Les travaux prospectifs sur l’avenir des grandes cultures en Normandie sont ciblés sur les exploitations qui cultivent plus de 40 ha de céréales, d’oléo-protéagineux, de betteraves sucrières, de lin et de pommes de terre. Nous les nommeront grandes cultures dans cet article.

En 2010, 29 % des exploitations normandes cultivent plus de 40 ha de grandes cultures

En Normandie, 6 911 exploitations en 2010 (hors micro exploitation) disposaient d’un atelier culture de plus de 40 hectares. Ces 6 911 exploitations de grandes cultures exploitent 48 % de la SAU normande et 76 % de la surface en céréales et oléagineux, génèrent42 % du Produit brut standard avec 30 % des actifs (Unité de Travail Annuel). Un bovin sur 4 se situe dans ces exploitations.

• L’ensemble des exploitations normandes qui cultivent plus de 40 ha pèsent plus de 90 % des cultures industrielles, 88 % des protéagineux et 72 % des céréales.

• Logiquement, ces exploitations disposent de 88 % de la capacité de stockage ventilée : 1 600 300 équivalents tonne de blé dont plus de 1 110 000 en Haute-Normandie.

• 68 exploitations de grandes cultures (dont 39 sans animaux) étaient en agriculture biologique en 2010 (soit 1 % du total des exploitations de « GCutures + 40 » et 9 % des exploitations bio normandes).

• 580 exploitations de grandes cultures (dont 172 sans animaux) utilisent des circuits courts en 2010 (soit 20 % du total des exploitations en circuits courts en Normandie).

• 1 070 exploitations de grandes cultures (dont 507 sans animaux) avaient une activité de diversification en 2010 (37 % des exploitations normandes avec diversification et 56 % pour la Haute-Normandie).

La polyculture élevage largement présente

Parmi les exploitations normandes disposant d’un atelier de plus de 40 ha de cultures, on compte 4 060 exploitations de polyculture élevage.Ces exploitations de polyculture élevage comptent 71 % des actifs des exploitations de grandes cultures avec 65 % de la SAU. Elles ont une surface moyenne de 148 ha contre 115 pour les exploitations de cultures sans animaux.Ces exploitations de polyculture élevage conduisent 24 % du troupeau laitier normand (57 % dans l’ex Haute-Normandie) 29 % du troupeau allaitant normand (53 % en exHN), 31 % des jeunes bovins (65 % en exHN), 28 % des bœufs (51 % en exHN), 37 % des porcs (59 % en exHN) et 33 % de la volaille (56 % en exHN).Les exploitations de cultures (yc polyculteurs-éleveurs) de l’ex Haute-Normandie élèvent plus de la moitié du cheptel de ces deux départements.

Pour plus d’informations

http://www.chambre-agriculture-normandie.fr/prospective-grandes-cultures/

Le Pôle Economie et Prospective des Chambres d’agriculture de Normandie

Depuis plus de 15 ans, les Chambres d’agriculture de Normandie développent une expertise reconnue sur les évolutions du contexte économique de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Les travaux sont pilotés par le Comité normand d’orientation Economie et Prospective de la Chambre régionale d’agriculture (professionnels élus). Ils s’appuient sur un travail d’équipe de leurs chargés d’étude économiques départementaux et régionaux, au sein du Pôle économie et prospective.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité