Aller au contenu principal

Couverts végétaux non gelés
Quelle destruction ?

Cette année, avec la période de froid fin décembre et début janvier, la plupart des couverts ont gelé. Il reste les graminées comme le ray-grass. La destruction mécanique est souvent possible, avec un à deux passages de cover-crop ou de déchaumeur. Comme chaque année, nous vous conseillons de les détruire au plus tard à la mi-mars pour ne pas pénaliser le maïs qui suit.

L’idéal : une destruction par le gel
Cette année, la plupart des couverts de moutarde ou de phacélie ont gelé. Ce n’est pas systématiquement le cas pour l’avoine, et les ray-grass sont encore en place.
Les couverts à détruire sont donc des graminées.
Un à deux passages d’outils vont être nécessaires pour une destruction mécanique. Dans nos essais, les meilleurs résultats ont été obtenus avec les cover-crop et les déchaumeurs à dents et disques. Dans le cas du ray grass, ce sont souvent deux passages qui sont nécessaires pour une bonne destruction : le premier doit être superficiel (6-8 cm) pour hacher le couvert. Après dessèchement de la surface, le second passage est fait plus profondément (10-12 cm). Il est conseillé de croiser les passages pour une meilleure efficacité.
La destruction chimique au glyphosate est parfois interdite (CAD, zones d'actions complémentaires). Elle reste cependant efficace pour les couverts de graminées, à une dose limitée à 1 l ou 1,5 l/ha.
Un passage d'outil à disques ou à dents sera effectué une fois le couvert jauni pour enfouir les résidus.

Destruction mécanique ou chimique, un coût équivalent
Entre un passage de cover-crop ou une pulvérisation de glyphosate à 1l/ha, le coût est équivalent : environ 20 €/ha hors main d’œuvre. Par contre, le temps passé est plus important en destruction mécanique : 30 mn/ha, contre 15 mn/ha en chimique (tableau 1).

Détruire le couvert avant le 15 mars
Attention à ne pas détruire les couverts trop tard. Ce conseil s'adresse particulièrement aux éleveurs tentés de laisser le ray-grass en place jusqu'en mai pour le valoriser en ensilage ou en pâturage. Une destruction tardive pénalise la culture suivante : baisse du niveau de la réserve en eau du sol, sol plus long à se ressuyer, concurrence pour l’azote entre les micro-organismes qui dégradent le couvert et le jeune maïs.
Nathalie Poisson
Chambre d’Agriculture de la Manche

npoisson@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité