Aller au contenu principal

Jean-Baptiste Radigue (61)
Quelle place pour les organisations de producteurs

Jean-Baptiste Radigue, responsable lait, s’interroge sur la fin des quotas. Avenir de la conférence de bassin ? Place des OP ? Cessibilité du contrat ? A Vire avec ses homologues venus de toute la France, il tentera de trouver des réponses.

© VM

“Comment redistribuer le lait pour permettre l’installation des jeunes ? Comment créer et abonder une réserve de lait à la fin des quotas ?” Telles sont les principales interrogations de Jean-Baptiste Radigue. Le responsable du dossier lait des JA 61 sera à Vire, la semaine prochaine. Pour répondre à ces questions, l’avenir des conférences de bassin devra être défini.

Une redistribution
par laiterie ?
Au sein des Jeunes Agriculteurs, le débat est ouvert. De son côté, Jean-Baptiste Radigue espère que les conférences de bassin garderont la main sur les volumes. “La redistribution motive les installations aidées. Une réserve par laiterie ne m’apparaît pas pertinente. Ce système signifierait qu’on n’installerait pas tous les jeunes de la même manière. A Vire, il sera intéressant de voir comment réagissent les autres régions sur ce sujet”.

Quelle place pour les Organisations de Producteurs
Installé avec ses deux frères et sa mère, Jean-Baptiste Radigue livre son lait à Lactalis. Reste à connaître la position de cette laiterie sur la gestion des volumes. “Il semblerait que Lactalis laisse ce rôle aux Organisations de Producteurs”, estime-t-il. De son côté, Sodiaal devrait s’exprimer sur le sujet à Vire. La question de la livraison de volume supplémentaire à une autre laiterie se pose également. Autour du contrat, le syndicalisme devient aussi technique que juridique.  Autre débat en suspend : la cessibilité des contrats. Certains souhaitent l’absence de valeur marchande. Actuellement, cette position n’est pas partagée par Jean-Baptiste Radigue. “Mon avis n’est pas tranché. Il évoluera peut-être après la session nationale. Pour l’instant, je considère que donner une valeur marchande aux contrats permettrait de légaliser une pratique.  Elle est souvent déguisée à la cession, mais la valeur d’un quota existe”, insiste le responsable lait des JA 61.

Des limites environnementales
Au-delà de ce questionnement syndical, Jean-Baptiste Radigue maintient sa confiance dans la filière laitière. Pour lui, point de diversification en ligne de mire. “Je crois que nous sommes plus performants lorsque nous sommes spécialisés”. Avec ses droits associés, il produit 970 000 litres de lait. Leur activité porcine se limite donc à l’engraissement. Quant à la production laitière, elle restera “raisonnable”. “Nous avons des limites environnementales. Nous cherchons également une qualité de vie. Nous ne produirons pas de lait en plus s’il n’est pas bien payé”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité