Aller au contenu principal

Fourrage
Quelle prairie semer ce printemps ?

Al’heure où le prix de l’azote est élevé (1,5 € sous forme d’ammonitrate), l’intérêt des associations graminées-légumineuses est évident ; on sait depuis longtemps que les ray grass anglais+ trèfles blancs ont des rendements équivalant aux prairies monospécifiques qui reçoivent 150 à 200 unités d’azote.

Les associations peuvent concerner également des prairies de fauche où dominent les légumineuses luzerne ou trèfle violet. Ces prairies sont capables de forte productivité sans azote, pourvu que les espèces soient choisies en connaissance de cause.

Pour le pâturage
Le ray grass anglais et le trèfle blanc doivent rester les espèces dominantes pour le pâturage des vaches laitières dans les sols sains et bien arrosés. Ils sont les premiers de la classe pour leur souplesse d’exploitation, l’appétence, et la valeur alimentaire. L’introduction d’autres espèces peut toutefois être intéressante dans d’autres situations.

Bien choisir le ray grass
- La précocité : les variétés les plus disponibles sur le marché sont les très tardives et les tardives. Elles ont fait leur preuve, notamment à cause d’une très bonne souplesse d’exploitation.
Mais dans certaines conditions, n’hésitez pas à utiliser des ray grass plus précoces: type “intermédiaire”, voire “½ précoce” :
• sur les parcelles accessibles tôt où la pousse est ralentie l’été, cela favorise une meilleure production de printemps ;
• sur des parcelles froides où ces types de rays grass peuvent fabriquer des feuilles à plus basse température ;
• en cas de suppression de la fertilisation azotée (agriculture biologique).
Entre une variété “intermédiaire” et une “très tardive”, on peut gagner 8-10 jours à la mise à l’herbe. Mais attention, il faut accepter une baisse de la souplesse d’exploitation : la date d’épaison est avancée d’une vingtaine de jours. Une rigueur dans la gestion du pâturage limite les problèmes d’épis. Le tout est que dans le circuit de pâturage ces variétés précoces soient limitées.

- Diploïde ou tétraploïde ?
Les variétés tétraploïdes sont plus riches en eau et un peu plus appétentes. Mais si l’on recherche la pérennité de la prairie, notamment en situation un peu humide avec risque de piétinement, le ray grass diploïde s’en sort le mieux : il talle deux fois plus que le tétra.
Les mélanges de variétés tétraploïdes et diploïdes permettent un compromis entre l’exigence de l’éleveur et les conditions de sol. Pour le ray grass diploïde, il est intéressant de connaître la note “préférence animale” issue des essais d’inscription au Catalogue français.

- Exemple de choix possible : sachant que c’est l’expérience et la connaissance des ray grass qui permet d’atteindre ses objectifs :
→• pâturage pour vaches laitières sur parcelle à tendance humide avec souhait d’améliorer la pérennité par rapport à un choix habituel de variétés tétraploïdes : faire un mélange avec au moins 50% de RGA diploïde et 40 à 50 % de tétraploïde.
On peut prendre par exemple dans les groupes tardifs ou très tardifs le RGA dominant (le diploïde dans notre cas), et dans le groupe demi-tardif le tétraploïde ;
• puis le trèfle blanc : pour éviter la dominance de l’une ou l’autre des espèces, il faut veiller à bien marier les types de ray grass anglais avec ceux des trèfles blancs, en choisissant des espèces de même niveau d’agressivité. Une des caractéristiques des trèfles blancs est leur comportement plus ou moins agressif, expliqué par leur morphologie et qui reflète leur capacité à prendre le dessus dans l’association. Pour simplifier, on peut dire que cette agressivité varie selon le type de trèfle : “géant”, “nain”, ou “intermédiaire”.
Celle des ray grass est issue d’observations faites sur des variétés tardives et très tardives, avec un comportement peu agressif des très tardifs tétraploïdes (à ne pas généraliser aux variétés précoces).

Pour la fauche
Dans ce contexte, bon nombre d’agriculteurs se questionnent sur les types de prairies à mettre en place pour une bonne productivité, et ils citent souvent la luzerne comme hypothèse de départ.
Les espèces de fauche, avec les légumineuses trèfle violet ou luzerne permettent une forte productivité en 4 à 5 récoltes, en complète autonomie par rapport à l’azote.
L’association avec les graminées donne une certaine souplesse dans l’utilisation : possibilité de pâturage des regains, meilleur niveau énergétique, conditions plus favorables  à la récolte, et à la conservation (ensilage).
Attention au choix des espèces : il faut savoir croiser leur exigence par rapport à la situation pédo-climatique, l’utilisation prévue (pâturage, récolte en foin, en ensilage, ou en vert), et la durée de la prairie (courte ou longue).
La luzerne ne convient que sur sols sains drainant bien l’hiver, et est assez difficile à conserver en ensilage en culture pure. L’entretien calcique doit être régulier sur les sols non calcaires, et la semence doit être inoculée si le pH est inférieur à 6,5 ou si la parcelle n’a pas été cultivée en luzerne durant les 5 dernières années.
Réaliser une association pour fauche avec:
- une ou deux légumineuses de grande taille : luzerne et/ou trèfle violet) ;
- une ou deux graminées hautes à port dressé : fétuque élevée, dactyle, ray grass hybride) ;
- une ou deux espèces gazonnantes (le ray grass anglais, le trèfle blanc..) pour couvrir le sol.
Jean LAURENT
Chambre  d'agriculture de la Manche
jlaurent@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité