Aller au contenu principal

Choisir ses variétés de colza
Quels éléments prendre en compte ?

Le choix d’une variété ne doit pas se faire uniquement sur le rendement. L’indice de rendement est un des éléments qui conduit à choisir une variété et bien souvent le moins important dans les résultats qui vous sont fournis : une différence de 5 % entre le 1er et le dernier ne représente qu’une différence de 2 q/ha à la récolte pour un rendement moyen de 40 q/ha.

Selon les années, Les autres éléments peuvent rapidement inverser cette tendance. L’offre variétale actuelle permet de s’appuyer sur d’autres critères comme la tolérance aux maladies, l’élongation automnale, la verse. Les précocités à la reprise, à la floraison et à la maturité peuvent également faire partie du choix de même que la teneur en huile et les glucosinolates.

Phoma
Privilégiez les variétés très peu sensibles (TPS) du groupe I. Ces variétés possèdent une résistance “quantitative” stable dans le temps. Les variétés du groupe II comportent une résistance “spécifique” qui risque d’être contournée à plus ou moins long terme.
Si vous choisissez tout de même une variété du groupe II, vous devrez cultiver, l’année suivante au voisinage de la parcelle (ou dans la même parcelle au cours de la rotation), une variété du groupe I afin de faire durer les résistances spécifiques contenues dans les variétés du groupe II.

Elongation
L’élongation automnale peut conduire à sensibiliser la plante au gel hivernal, mais également à rendre celle-ci plus fragile vis-à-vis du phoma sur la zone élonguée. Les automnes chauds sont très favorables au fort développement végétatif et à l’élongation automnale pour peu que l’azote soit disponible en quantité (parcelles avec effluents organiques ou ayant des reliquats azotés).
Il est indispensable de choisir des variétés à faible sensibilité à l’élongation en cas d’apport de matières organiques et ou de forts reliquats azotés. Ce choix est essentiel dans les zones sous climat océanique combiné à un semis clair et à une date optimale de semis.

Verse
Le risque de verse est lié à la sensibilité de la variété, à la densité au mètre linéaire (qui ne doit pas être supérieure à 15 plantes au mètre linéaire) et à la disponibilité en azote.
Le choix d’une variété TPS verse est capital. Mais il est nécessaire de combiner la densité avec une bonne gestion de l’azote  pour aller jusqu’à la récolte sans encombre, évitant ainsi un régulateur au printemps.

Taille - gabarit
La taille ou le gabarit sont des éléments de confort en terme de passage lors des interventions phytosanitaires et de la récolte. En choisissant une variété courte, les interventions fongicides à la floraison sont facilitées et le régulateur au printemps non nécessaire.

Reprise
Il faut être vigilant avec des variétés trop précoces à la reprise dans des parcelles où la portance peut être limitante pour les premières interventions, et dans les zones de bas fond plus gélives.

Floraison
Il peut être intéressant de pa-nacher son choix variétal inter-parcelles sur les dates de floraison pour se prémunir de conditions défavorables (gel) à la floraison. Ce décalage devra cependant être pris en compte pour les interventions ciblées sur le sclérotinia à la chute des premiers pétales.

Maturité
La maturité est à adapter aux potentiels des sols pour le remplissage des graines en fin de cycle : en sols séchants, superficiels, préférer une variété précoce à maturité.

Qualité
Le choix variétal doit prendre en compte la richesse en huile (élevée) et la teneur en glucosinolates (faible).

Pour en savoir plus sur les caractéristiques des variétés,
consultez : www.oleovar.cetiom.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité