Aller au contenu principal

l'actualité des JA -Edito
Quotas laitiers : petite phrase et petite lettre

Entre les déclarations du président de la République et le courrier de la DGCRF, les éleveurs laitiers ont de quoi s’interroger...

Pierre Le Baillif, administrateur Jeunes Agriculteurs 27
Pierre Le Baillif, administrateur Jeunes Agriculteurs 27
© Laetitia Brémont / l'Eure agricole

"Ne vous inquiétez pas, on va les faire sauter les quotas !” rassurait le président de la République en déplacement à Rungis, il y a quelques semaines, en réponse à des personnes se plaignant des prix élevés du lait. Un prix, au passage, à peine correct pour les producteurs qui subissent de plein fouet la hausse des charges...

Certes, la fin des quotas est programmée pour 2015 et il est fort probable que d'autres systèmes puissent les remplacer avantageusement, mais ne les oublions pas trop vite. Depuis 1984, ils ont permis de réguler la production et de stabiliser les prix en permettant à beaucoup de vivre de leur métier. Même s’ils n’ont pas empêché une profonde restructuration du secteur laitier. 

Sans quotas, de nouveaux systèmes devront être mis en place pour éviter toute fluctuation excessive. Car leur abandon ne signifie pas une baisse obligatoire du prix du lait comme peut l'espèrer le Président pour le pouvoir d’achat. Dans un marché mondial, on observe les conséquences de la libéralisation des marchés. Elles peuvent conduire à de très fortes hausses, surtout couplées à des phénomènes structurels comme l'accroissement de la population mondiale ou conjoncturels comme la sécheresse, les maladies qui diminuent les quantités disponibles. Qui sait d'ailleurs ce que nous apportera la fièvre catarrhale ?

L objectif est donc de repenser un système qui permette de répondre aux besoins des consommateurs, au niveau de la quantité et à ceux des producteurs, au niveau du prix. Cela passe par la gestion en contractualisant à la plus grande échelle possible (pour garantir le débouché des éleveurs et l'approvisionnement des usines), l'utilisation du marché a terme pour assurer un prix minimum s’il y a excédent. Et de garantir un prix rémunérateur pour un éleveur qui à aussi droit à un pouvoir d achat.

Ce rôle revient au Cniel, d'ailleurs reconnu par Paris qui a déposé un mémorandum à l'UE pour faire reconnaitre la légitimité des interprofessions à réorganiser la filière.

Mais, ô surprise, la DGCRF envoie son petit courrier informant qu’il est interdit de s’entendre sur le prix du lait et de communiquer dessus. De quoi décontenancer les intervenants du Cril qui se réunissent depuis des dizaines d'années pour fixer le prix du lait. Sans parler de la nouvelle loi de modernisation de l'économie qui favorise les GMS et rend difficile les négociations de prix pour les laiteries.

La filière va donc devoir faire preuve de solidarité pour s'assurer un avenir serein et contrer les attaques de toutes parts. Nos voisins allemands ont organisé une grève des livraisons de lait le mois dernier. Ils ont ainsi obtenu   une hausse conséquente. 

Mais quel dommage d’en arriver là ! Que de pertes pour les entreprises et quelle gâchis de nourriture, inacceptable lorsque tant de personne ont faim. Mieux vaut s'organiser en assurant les revenus et l'alimentation de tous.

 

Retrouvez l'intégralité de l'actualité des JA

dans l'édition papier de l'Eure agricole du 31/07/08,

page 6 et 7

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Chasseurs et FDSEA se lient contre les corvidés
La FDSEA et la Fédération des chasseurs se sont rencontrées, mardi 7 juin 2022. Elles ont échangé sur les options pour prévenir…
Publicité