Aller au contenu principal

Dominique Guillemine, producteur de lait dans l'Orne
Raisonnablement optimiste sur le court terme

Ça va un peu mieux dans le lait reconnaît Dominique Guillemine. Cependant, la sécheresse 2010 a plombé le résultat de 30 e/1 000 l.

Au final, la sécheresse 2010 plombe le résultat de 30 e/1 000 l soit quasiment l’équivalent des 3/4 de la petite embellie sur le prix du lait. Néanmoins, Dominique Guillemine reste  “raisonnablement optimiste sur le court terme. Les indicateurs sont au vert 
pour l’année.”
Au final, la sécheresse 2010 plombe le résultat de 30 e/1 000 l soit quasiment l’équivalent des 3/4 de la petite embellie sur le prix du lait. Néanmoins, Dominique Guillemine reste “raisonnablement optimiste sur le court terme. Les indicateurs sont au vert
pour l’année.”
© TG

Une campagne 2008/2009 avec un prix du lait à 290 e contre 360 e l’année précédente. Calculette en main, Dominique Guillemine, producteur à St-Mars-d’Egrenne, a vite fait ses mauvais comptes. “Un delta de 70 e/1 000 l soit 32 000 e dans la vue. On a démarré la campagne 2009/2010 avec une trésorerie dans les chaussettes”, souligne-t-il. Heureusement, 2009 a été une excellente année à herbe. “On a fait des économies de concentré, ça nous a permis de sauver les meubles”.

La sécheresse 2010 très pénalisante
2010 est tout autre. Le prix du lait est remonté à des niveaux plus satisfaisants avec une moyenne oscillant aux alentours de 330/340 e/1 000 l. Patatras cependant avec une sécheresse qui s’est avérée très pénalisante. Il a fallu réouvrir les silos à la mi juillet. En année normale, c’est début novembre. Les vaches ont manqué d’herbe avec un rendement en recul de 6 t de MS (Matière Sèche) à l’hectare compensé par un rachat de tourteau de colza. Le travail mené par la FDSEA pour faire reconnaître le département en calamité agricole trouve ainsi toute sa légitimité.
Dominique Guillemine reprend sa calculette. Au final, la sècheresse 2010 plombe le résultat de 30 e/1 000 l soit quasiment l’équivalent des 3/4 de la petite embellie sur le prix du lait. Néanmoins, notre éleveur reste “raisonnablement optimiste sur le court terme. Les indicateurs sont au vert pour l’année.”

Un tunnel favorable
L’occasion de revenir sur le combat estival mené par la FNPL (Fédération Nationale des Producteurs de Lait) et auquel il a participé (il était le 12 août dernier à Laval face aux dirigeants Lactalis) contre les industriels laitiers. “L’accord du 18 août 2010 a été un bon accord avec la mise en place du tunnel franco-allemand”. Il avait pourtant à l’époque été fortement décrié. Le prix du lait payé outre Rhin était alors moins élevé qu’en France. “Aujourd’hui, ce sont les Allemands qui nous servent de locomotive. Les industriels ne l’avaient pas vu venir”. Et effectivement, pour le 3ème mois consécutif, le principe d’un accrochage du prix français sur le prix allemand s’avère bénéfique. Un facteur de hausse qui représente 6 e pour mars. Loin de sous-estimer un renversement de tendance, Dominique Guillemine lâche quand même un “merci Henri” (Ndrl : Henri Brichart, président de la FNPL). 

Un lâchage politique
Notre éleveur n’est pas tendre par contre vis-à-vis des politiques. “Nos élus ont décidé de nous laisser tomber. Pendant 40 ans, l’Europe a défendu une PAC forte. Aujourd’hui, on nous demande de compenser un tas de défaillances”. Exemple avec la LMA (Loi de Modernisation Agricole) et la contractualisation laitière. “On doit signer le 1er avril alors que, juridiquement, on ne dispose pas des outils. Le ministre nous prend pour des c...” Il ya donc urgence. “Je défends le projet de la FNPL. Il faut regrouper l’offre. Nous sommes à un carrefour. Si nous sommes attentistes, on va laisser le privé dicter sa loi. Si individuellement, vous signez avec Lactalis, vous allez peser quoi ?”, interroge-t-il. Ardent défenseur d’une organisation collective, Dominique Guillemine appelle donc tous les laitiers à se serrer les coudes et faire front commun. Il prône l’offensive et partage le constat de Xavier Beulin, président de la FNSEA. “La France est est en recul sur toutes les filières agricoles notamment vis-à-vis de l’Allemagne. Nous devons redevenir leader. A nous de nous reprendre en main”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité