Aller au contenu principal
Font Size

Sclérotinia du colza.
Raisonner la prise de décision

En cas de présence de la ma-ladie, les pertes de rendement sont significatives (2-10 q/ha) au delà d’un taux d’attaque de 10 % sur tige principale. Celles-ci vont croissantes au même rythme que le taux d’attaque.

Stade G1 = stade optimal de traitement si besoin
Plusieurs caractéristiques permettent de déterminer le stade G1 : les 10 premières siliques sont formées sur les hampes principales (longueur < 2 cm) ou 10 premières siliques visibles sur les hampes principales.
Ce stade est primordial. Selon les essais Cetiom, un traitement avant ou après le stade G1 conduit à de mauvaises efficacités (voir graphique).
Attention, la date du stade optimal peut varier d'une parcelle à l'autre sur une même exploitation, notamment si plusieurs variétés sont cultivées sur le même îlot compte tenu des différences de précocité à floraison.

Stratégie fongicide à adopter si nécessaire
- Si risque sclérotinia fort à F1 : traitement G1 avec programme plutôt axé sur un produit spécifique (exemple : Pictor Pro, Pictor Pro+triazole, Joao, Picto Pro+PrioriXtra).
- Si risque sclérotinia moyen et risque de maladies secondaires (sclérotinia/oïdium) : préférer un polyvalent (Pictor Pro+triazole, Joao ou produits à base de triazoles). La rentabilité du traitement résultera alors d’un effet sur le sclérotinia, mais aussi sur les maladies des siliques (oïdium, …).

Pas de solution curative
Il faut savoir tout de même qu’il n’existe aucune solution curative contre le sclérotinia. La prise de décision doit anticiper le risque. Pour cela, on se base sur les critères suivants :
- le nombre de cultures sensibles dans la rotation ;
- les attaques les années antérieures sur la parcelle ;
- les conditions climatiques humides au mois de mars favorables à la germination des sclérotes ;
- les indicateurs de pétales contaminés comme le Kit pétales (voir les avertissements).
Ensuite, le climat durant toute la floraison favorisera ou non l’expression de la maladie : humidité relative de plus de 90 % dans le couvert durant 3 jours pendant la floraison et une température moyenne journalière supérieure à 10° C.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité