Aller au contenu principal

INITIATIVE
“Ramassage scolaire hippomobile, un service, pas du folklore ! ”

Une soixantaine d’élèves de maternelle et primaire de Thury-Harcourt prennent le bus hippomobile pour se rendre à l’école.

Le ramassage scolaire en navette hippomobile, une lubie ? “Pas du tout”, répond David Corbin, initiateur du projet à Thury-Harcourt (14). “C’est un moyen de transport, ludique, pratique, écologique et économique”.

Un enthousiasme partagé


Aujourd’hui, aucun transport scolaire collectif est organisé pour les élèves de primaire résidant à plus de deux kilomètres de l’école. Le bus prévu par le département ne les prenant pas en charge. Une soixantaine d’enfants sont concernés sur la commune de Thury-Harcourt. “Nous avons, avec ma femme Virginie Corbin, eu l’idée de proposer un service de ramassage scolaire à la mairie. Un circuit de quatre kilomètres (aller-retour) a été créé”, explique David Corbin. Un mode de transport qui semble faire l’unanimité. “Le cheval est mon animal préféré”, affirme Laura. “Moi, je dois me lever moins tôt. D’habitude, je vais à l’école à pied”, assure, soulagé, Clément. “Oui, ça va plus vite”, enchérissent Célia et Maëlle. Des propos qui font sourire David Corbin, installé dans le bus hippomobile avec les enfants. “Nous savons que nous avons une grande responsabilité face à ses enfants. Voir les parents se déplacer à l’arrêt pour voir les chevaux, et nous faire confiance, c’est déjà une réussite”. Les deux percheronnes, Uruss et Olivia, pourront-elles poursuivre leur promenade quotidienne en compagnie des enfants ? “La phase de test se passe très bien. Cependant, c’est la municipalité qui aura le dernier mot”, signale David Corbin. “Aujourd’hui, un problème de circulation persiste sur le parking de l’école à la sortie des classes. La mairie voit dans notre projet une solution possible. C’est encourageant”.


La recherche de budget, un passage obligé


Afin que le projet soit viable économiquement, le budget annuel est évalué à 20 000 €/an. “Notre estimation repose sur la mise à disposition du bus hippomobile, d’un meneur et d’un accompagnateur et de deux chevaux pendant 36 semaines deux fois par jours”, informe David Corbin. Le Crédit Agricole a d’ores et déjà proposé de financer la navette en contrepartie de publicité sur les côtés du véhicule. “Le sponsoring est un bon moyen de réduire les coûts”. Et d’ajouter : “Ce n’est pas du folklore, nous nous engageons à emmener les enfants à l’école tous les jours. C’est du service, alors oui, il faut que se soit rentable, ce n’est pas uniquement pour l’image”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Sécheresse - Prix du lait - FDSEA-JA 50
Sécheresse 2022 : les agriculteurs face à une « situation critique »
La FDSEA et les Jeunes agriculteurs de la Manche ont tiré la sonnette d’alarme, lundi 8 août 2022 à Saint-Lô, sur les difficultés…
Publicité