Aller au contenu principal

Bertrand Sorre, député de la Manche (2e circonscription)
"Etre rapporteur, c'est aller directement sur le terrain pour bien construire la loi"

Le 8 avril 2024, Bertrand Sorre, député de la 2e circonscription de la Manche, a été nommé rapporteur sur le volet orientation et formation du projet de loi agricole. Ce qui l'a conduit à mener des auditions " directement sur le terrain pour ensuite, bien construire la loi ". Désormais, le texte arrive à l'Assemblée nationale pour un débat du 14 mai. 

Comment avez-vous été nommé rapporteur ?

Avant d'arriver à l'Assemblée nationale, le projet de loi est confié à la commission des Affaires économiques mais une partie du texte peut être déléguée pour avis à une commission qui a un lien avec le projet de loi. En l'occurrence, la partie formation et orientation, dans ses 19 articles, a 4 articles qui sont donnés pour avis à la commission des affaires culturelles et de l'éducation. Et au sein de cette commission, nous sommes deux députés à avoir été nommés rapporteur à savoir Géraldine Bannier, députée MoDem de la Mayenne (2e circonscription), fille d'agricultrice, et moi-même.

En quoi consiste votre mission de rapporteur ?

Traditionnellement, on conduit des auditions, généralement avec des têtes de réseaux à Paris, avec les représentants nationaux qui ont une vision nationale. Mais il me semble aussi opportun dans un territoire agricole comme le mien d'aller à la rencontre des différents acteurs concernés pour avoir leur propre opinion, qui vivent au quotidien la formation, l'enseignement, et qui n'ont peut-être pas le même regard que leur tête de réseau. J'ai choisi d'aller audition deux MFR (maison familiale et rurale) à Granville et Mortain et le lycée agricole, Campus métiers nature, de Coutances. La démarche a été bien évidemment appréciée parce que c'est assez rare d'être associé à la construction d'une loi, et à son évolution. Cela m'a permis d'enrichir ma réflexion et de recueillir des idées d'amendements qui n'avaient pas été du tout entendus.

Quels sont ces amendements ?

Le lycée agricole Campus métiers nature reçoit des sessions du CNU (conseil national universel). Pourquoi ne pas profiter de ce moment-là où il y a une cohorte de jeunes de 16, 17 ans pour évoquer les métiers du vivant et de l'agriculture. Je déposerai un amendement dans ce sens pour que le CNU soit un support d'information. C'est un amendement qui émane du territoire. Autre exemple : le coût de l'élève en MFR. Avec l'inflation, les MFR font face à une réalité économique parce qu'il n'y a pas eu de réévaluation. C'est un sujet qui sera remonté. Si ce sujet ne peut être traité dans la loi parce que la loi n'a pas vocation à abonder financièrement, il sera évoqué dans le prochain projet de loi de finances à l'automne.

Quel bilan tirez-vous de ces auditions ?

La Manche est très agricole. On a des spécificités de territoire et des organismes très compétents qui doivent répondre aux enjeux du renouvellement des générations agricoles. Si on ne peut prendre pas le temps de recueillir leurs avis, on passe à côté d'une bonne façon de construire la loi.

Si chaque jeune doit avoir une expérience agricole, le transport peut être un frein. Comment le résoudre ?

Tout le monde a trouvé très vertueux l'idée d'avoir une immersion une fois au cours de sa scolarité. Il y a effectivement des freins pratiques. On sait que très rapidement certaines communes diront qu'elles n'ont pas les moyens d'emmener telle classe ou telle école. Là, il faudra aussi avoir assez d'intelligence pour trouver le budget. Si on souhaite écrire cette immersion dans la loi, il faut aussi qu'on y consacre les moyens nécessaires.

Le 13 mai, le projet de loi arrive à l'Assemblée nationale ?

C'est effectivement le cas. Auparavant, le 30 avril, ma commission a examiné l'ensemble les quelques 200 amendements des articles 2, 3, 4 et 5 du projet de loi concernent l'orientation et la formation. Ensuite, c'est la commission des affaires économiques que préside Stéphane Travert qui s'est emparée du sujet et qui a émis un avis sur chaque amendement. Le projet de loi arrivera dans l'hémicycle à partir du mardi 14 mai pour un débat

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Publicité