Aller au contenu principal

Ratio des prairies permanentes : de la souplesse retrouvée

Le ministère de l’agriculture doit publier avant le 15 novembre un nouvel arrêté constatant l’évolution des ratios régionaux pour les surfaces en prairie permanente.

Le retournement des prairies permanentes n’est plus soumis à une autorisation individuelle comme il l’était depuis un an. DR
Le retournement des prairies permanentes n’est plus soumis à une autorisation individuelle comme il l’était depuis un an. DR
© REUSSIR

lll  Pour la Normandie, le ratio annuel s’est amélioré en 2018 et permet à la région de voir suspendu le régime d’autorisation, c’est-à-dire que l’écart entre la part des prairies permanentes dans la SAU en 2018 et la même part dans le ratio de référence de 2012, est désormais inférieur à 2,5%. Par conséquent, le retournement des prairies permanentes n’est plus soumis à une autorisation individuelle comme il l’était depuis un an.
Attention toutefois, le ministère n’a pas communiqué les chiffres et l’on ne connaît donc pas la « marge de manœuvre » disponible vis-à-vis de ce seuil de 2,4%. Il semble que l’on soit parvenu à ce résultat à la faveur de la requalification en prairies permanentes de parcelles déclarées en prairies temporaires depuis plus de cinq ans, non à la réimplantation de prairies. Cette procédure ne pourra être reproduite. La situation régionale demeure donc fragile.

Prudence
L’assouplissement dont les agriculteurs normands bénéficient doit donc être apprécié avec précaution. Il convient de demeurer prudent dans la gestion des prairies permanentes sous peine, si le taux se dégradait de plus de 2,5%, de retomber dès 2020 sous le régime d’autorisation. Pour mémoire, si le taux de prairies était dégradé de plus de 5%, c’est un régime d’interdiction qui s’appliquerait, comprenant l’obligation de réimplanter des prairies
Même si la Normandie sort de ce régime d’autorisation pour la campagne 2019, la FRSEA déplore toujours le fait que ce ratio soit calculé au niveau régional plutôt qu’au niveau national. Une fois de plus, la France applique la réglementation européenne plus durement qu’il ne lui est demandé. La FRSEA se réjouit donc de l’allègement administratif qui va intervenir pour les agriculteurs. Elle maintient sa demande d’un calcul au niveau national.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité