Aller au contenu principal

Distribution
Ration mélangée : travail limité !

Un nutritionniste et une mélangeuse RMTC, telle est la recette François Fontaine, installé à Montchevrel (61). Le choix de la ration complète a libéré du temps à l’éleveur et régularise la production laitière.

Au cœur de la ferme, un vieux tracteur ronronne. Avec ses 60 chevaux, l’engin affiche fièrement ses 27 000 heures. Fatigué mais toujours vaillant, l’humble Renault 6114 a conditionné l’achat de la mélangeuse. “J’ai choisi la seule marque qui acceptait cette petite puissance. J’ai pris une machine en fonction de ce que j’avais devant”. Verdict de l’agriculteur : une RMTC trône dans la cour. La ration complète est désormais au menu de l’exploitation. L’éleveur et son tracteur limitent leurs heures !
Pour assurer la transition vers une ration complète, François Fontaine s’est adjoint les services d’un nutritionniste. Le technicien conseille l’agriculteur depuis deux ans, date d’arrivée de la machine dans la ferme. Mais son rôle ne se limite pas à l’élaboration d’une ration haut de gamme. “J’anticipe aujourd’hui, demain et après-demain. Je travaille avec des fourrages qui évoluent d’une année à l’autre. Je conseille selon les aléas climatiques ou économiques”, souligne Yvan Dumaine, de Diet’Alim. La vérité actuelle ne sera pas celle de l’année prochaine. Si les drêches de blé, les solubles de pois ou le corn gluten ont actuellement la cote, le nutritionniste ne s’avance pas sur ses futurs conseils et gère les impondérables. Reste une donnée constante : produire les 235 000 litres de quota, avec 35 vaches laitières et 20 tonnes de soja-colza.

Ration constituée autour d’une boule
Le temps de travail constitue l’autre cheval de bataille du nutritionniste. La distribution d’une ration complète y répond partiellement. L’été, François Fontaine ne soigne ses vaches laitières tous les deux jours. “Les génisses peuvent n’être nourries que deux fois par semaine”, précise Yvan Dumaine. Côté organisation, le nutritionniste propose une gestion globale de la ration, comme celle des génisses bâtie autour d'une balle de foin. Autour d’elle, 45 kg de paille, 45 kg d’orge, 20 kg de féveroles, 24 kg de mélasse et 15 kg de minéraux sont mélangés. L’achat de concentré du commerce est limité. Les fourrages et les productions végétales de l’exploitation sont ainsi valorisés. “Avec la ration complète, je ne constate que 2 à 3 % de refus. La mélangeuse a notamment la vertu de dépoussiérer le fourrage et de le rendre plus appétant”, précise Yvan Dumaine.

Temps de travail réduit
Au moment de la pratique, la théorie se vérifie. Lors d’une démonstration organisée par RMTC, 50 minutes ont suffi à soigner les animaux. “Un temps réduit, avec un tracteur de faible puissance, c’est moins de fioul dépensé. Le temps du mélange, le tracteur n’a consommé qu’un litre de carburant”, souligne François Fontaine. Si l’or noir est rationné, l’or blanc est régulé. “La production de lait est linéaire. Avant, le concentré sortait comme il voulait !
Fort de cette expérience réussie, l’échange avec le nutritionniste est reconduit. Ensemble, ils planchent déjà sur « après-demain ». “Cette année, nous avons planté 10 ha de féveroles pour remplacer le soja. Et pour 2012, je m’adapterai encore si besoin”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité