Aller au contenu principal

Fourrage
Ray-grass d’Italie : Reconstituer ses stocks fourragers dès la sortie de l’été !

Les ray-grass d’Italie sont des graminées principalement adaptées à la fenaison. D’implantation plus rapide que les ray-grass anglais, ils peuvent permettre à l’éleveur de reconstituer ses stocks fourragers très rapidement après les sécheresses de l’été.

La sécheresse de l’été pénalise souvent la constitution des stocks fourragers en prévision de l’hiver. Parmi les cultures d’appoint à envisager dès la fin de l’été, l’éleveur peut choisir d’implanter un ray-grass d’Italie. Si l’éleveur ne dispose plus de stocks suffisants, il peut en effet se tourner vers cette graminée fourragère qui, non seulement lui permettra de disposer d’un fourrage avant l’hiver (pâturage ou ensilage), mais lui permettra également de débuter des pâturages très tôt au démarrage de la nouvelle saison, limitant de fait l’utilisation de ses stocks. Sous des climats océaniques, il n’est d’ailleurs pas rare de voir pousser le ray-grass d’Italie durant une partie de l’hiver.
Avec la fétuque élevée et certains bromes, le ray-grass d’Italie figure parmi les graminées qui démarrent le plus tôt en sortie d’hiver. Une précocité qui permet de sortir les animaux un mois plus tôt que sur les prairies permanentes, à condition bien entendu que le terrain s’y prête !

Des variétés alternatives et non alternatives

Il existe deux types de ray-grass d’Italie : les variétés alternatives et les variétés non alternatives. Les premières, dont la vie est plus courte (6 à 18 mois), n’ont pas besoin d’hiver pour épier. Ces variétés se prêtent particulièrement bien à une exploitation en fauche ou en ensilage l’année du semis. Il existe également un sous-type constitué de RGI de très courte durée de vie que l’on utilise quasi-exclusivement en dérobés (6 mois).
Les variétés non alternatives dont la pérennité est plus longue (18 à 24 mois) ont, quant à elles, besoin d’un hiver pour épier. Installées au printemps, elles fournissent essentiellement des feuilles jusqu’à l’entrée de l’hiver.

Des variétés diploïdes et tétraploïdes
Les sélectionneurs ont également travaillé sur la polyploïdie de ces graminées en créant des variétés tétraploïdes (présence de quatre génomes de base dans le noyau cellulaire) à partir des variétés diploïdes.
Les variétés diploïdes à feuilles et à tiges plus fines, tallent bien et conviennent aussi bien au pâturage qu’à la fauche. Par contre, les variétés tétraploïdes de ray-grass italien sont plus développées au niveau des feuilles et plus riches en eau. Mieux pâturées par le troupeau, elles sont par contre plus difficiles à ensiler ou à valoriser en foin.
Plusieurs critères permettent de choisir les variétés les mieux appropriées à chaque utilisation et à chaque région (voir tableau 1 ci-dessous) ; les ray-grass d’Italie offrent une large gamme de variétés. Cette richesse variétale permet à chacun de choisir la ou les variétés qui conviennent parfaitement à ses conditions d’exploitation.
Les sélectionneurs travaillent sur la résistance aux maladies et à l’amélioration du rendement. C’est la raison pour laquelle il existe de fortes disparités entre variétés, notamment entre variétés anciennes et variétés nouvelles. Les variétés récemment inscrites au catalogue français permettent actuellement d’obtenir plus de fourrage par une amélioration du rendement et une meilleure qualité (voir tableau 2). Ces variétés sont en effet beaucoup plus tolérantes aux maladies et permettent donc d’offrir aux animaux des plantes saines qui seront donc mieux consommées.

Ray grass
Semer le ray-grass italien le plus tôt possible !
Le ray-grass d’Italie (RGI) est la graminée la plus semée en France. Il tolère une préparation de sol assez sommaire, voire même un semis direct. Il doit être semé le plus tôt possible dès que les conditions deviennent favorables. Pour les semis d’été, on peut le semer avant la fin août ou vers le tout début septembre et après les gelées pour les semis de printemps. Il atteint en peu de temps le stade tallage et ses racines se développent abondamment.

Une courte durée de vie
Le ray-grass d’Italie a une courte durée de vie ; sa pérennité varie de 6 à 24 mois.

Une grosse productivité et un excellent piège à nitrate
Le ray-grass d’Italie est très productif lorsque les conditions climatiques ne sont pas limitantes. C’est également un excellent piège à nitrates en interculture en raison de son fort développement racinaire et de sa rapidité d’installation.

Pour le pâturage, ne pas attendre l’épiaison !
- On peut faire pâturer un ray-grass bien avant le stade début montaison et de toute façon en cours de montaison, mais surtout avant épiaison. C’est le stade durant lequel le RGI perd une partie de sa valeur alimentaire que ne vient même pas compenser l’accroissement de leur production/hectare.
En effet, au moment de l’épiaison, l’énergie de la plante est principalement utilisée pour la reproduction et par conséquent, la valeur alimentaire se dilue dans la plante et diminue considérablement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité