Aller au contenu principal

Récolte record : le stock n’est pas une option

Sur la campagne 2014, la coopérative de Creully a réalisé la plus grosse collecte de son histoire. Le précédent record de 2013 est battu de 8 %. Couplée à une météo capricieuse, l’abondante récolte justifie les investissements de l’entreprise. 60 000 m3 de stockage sont attendus.

© VM

La collecte de la coopérative augmente régulièrement. Elle affiche une hausse de 60 % en 5 ans. Parallèlement, les marchés exigent toujours plus de qualité. Pour résoudre cette équation, une solution semble l’augmentation des capacités de stockage. Des étés anormalement pluvieux ont amplifié ce besoin. Au-delà des capacités de réception, la coopérative doit revoir ses capacités de stockage temporaire et à long terme. “Nous ne pouvons pas être trop dépendants du marché du dégagement. Cette année au 10 août, nous avions de l’orge dans nos silos et du blé se retrou-vait dehors. Le premier bateau est parti mi-août. Avec la pluie, tout n’a pas pu être protégé. Ce n’est pas satisfaisant ni pour les agriculteurs ni pour les salariés. La bonne adéquation est de réaliser 15 à 20 % de dégagement” estime Stéphane Carel, directeur de la coopérative de Creully. Dans le cadre de son plan d’investissement 2015/2025, la capacité de stockage sera portée aux alentours des 200 à 210 000 tonnes. Stéphane Carel se montre néanmoins prudent : “si la collecte évolue autant, nous courrons après le stockage. Sur l’un de nos sites, la moisson est passée de 16 000 tonnes en 2010 à 28 000 tonnes en 2015. C’est dur à anticiper, car pas forcément imaginable”.  

Du retard à cause du permis de construire
Les projets de l’entreprise sont néanmoins contrariés. Si les agriculteurs subissent l’accumulation de normes, leur coopérative doit composer avec des permis de construire refusés. À Tour-en-Bessin, le projet de silo est retardé, car situé sur une terre classée en zone agricole. Ce motif peut faire sourire, mais il n’amuse pas les dirigeants de la coopérative. L’objectif d’être prêt pour la moisson 2016 ne pourra être tenu. “Nous projetons d’investir 12 à 13 M€ sur 10 ans. Le tout sans subventions. On se bat. Nous ne sommes pas toujours aidés par un environnement politique local et régional”, indique Stéphane Carel visiblement irrité. Le projet de la coop apparaîtrait beau, mais pas assez bio...
La coopérative réfléchit également un plan silo à destination de ses adhérents. L’idée est de développer le stockage chez les agriculteurs, afin de limiter les volumes à gérer en dégagement à la moisson.

Des records
Ces problématiques de gestion de flux témoignent aussi du dynamisme de la coopérative. Le record de collecte de 2013 a été battu dès 2014. L'entreprise présente donc un résultat net à 1 180 000 €. “Le conseil vous propose une redistribution de 791 000 €. Soit 1 € sur toutes les céréales et 1,75 % sur votre chiffre d'affaires approvisionnement. Cette fidélité à notre culture d'entreprise nous permet cependant de conforter nos réserves de 390 000 € pour mener à bien nos programmes de développement”, résume Yves Julien, président de la coopérative de Creully.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité