Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La FDSEA et les fruits à cidre
Redonner des perspectives aux producteurs

La section fruits à cidre de la FDSEA qui s'est réunie lundi dernier à Saint-Lô a débattu des évolutions de la filière sur le plan quantitatif et qualitatif.

la protection phytosanitaire des vergers qui se heurte à de nombreuse impasses techniques.
la protection phytosanitaire des vergers qui se heurte à de nombreuse impasses techniques.
© EC
Les délégués cantonaux fruits à cidre ne sont pas très satisfaits du déroulement de la campagne, « La désorganisation dans la collecte a eu pour effet de laisser de nombreuse pommes sur le carreau, ce n'est pas acceptable ». Les responsables avaient pourtant averti à maintes reprise les transformateurs. Ils avaient notamment mis l'accent sur la sous-capacité chronique des outils à traiter des volumes lors d'une forte campagne de production. La section fruits à cidre de la FDSEA relève toutefois que les contrats ont été honorés. Elle estime également que cette situation va peut-être enfin inciter certains livreurs à contractualiser leurs apports. La section avait par ailleurs convié l'INAO à présenter l'évolution des cahiers des charges et du fonctionnement des AOC cidricoles. Les responsables ont découvert avec stupeur le contenu du règlement de l'AOC Calvados. Pour pouvoir bénéficier d’une dérogation sur les prescriptions relatives au pourcentage de surfaces en variétés acidulés jusqu’en 2015 et sur la proportion en pommiers hautes tiges jusqu’en 2018, les producteurs doivent s’engager par écrit auprès de l'ODG Calvados avant mars 2009. La section fruits à cidre estime que ce processus va réduire cette appellation à sa partie congrue. Hormis dans le Domfrontais où la proportion de vergers hautes tiges est conséquente, la section fruits à cidre considère que peu de livreurs entreront dans ce dispositif par méconnaissance ou par impossibilité matérielle. « L'heure est loin d'être à la replantation de vergers notamment dans les zones ZES où les problématiques d'épandage et de maintien et développement de l'élevage sont importantes » précisent des délégués de la section du sud Manche. La section considère enfin que le prix des pommes en AOC, largement inférieur à 90 euros la tonne, ne va pas inciter non plus les agriculteurs à entrer dans la démarche. Dernier point abordé et non des moindres, la protection phytosanitaire des vergers qui se heurte à de nombreuse impasses techniques . La section souhaite que la directive européenne en discussion et le Grenelle ne se traduise pas pour les arboriculteurs par une diminution des possibilités protection. Des craintes qui concernent aussi bien l'usage de produits de synthèse que de produits à base de cuivre ou autres produits homologués en agriculture biologique. La section continuera à se mobiliser sur l'ensemble de ces dossiers en 2009.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité