Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Redonner un nouvel élan à l’AOC Calvados

David Turpin, président de la section spécialisée de la FDSEA, exprime ses attentes pour la campagne en cours et en matière d’évolution du cahier des charges de l’AOC Calvados.

David Turpin
David Turpin
© dr

Comment les vergers se comportent sur le département ?
Les vergers ont souffert de conditions climatiques peu favorables cette année. Les pommiers sont peu chargés, ce qui augure une campagne de production d’une faible ampleur. Les producteurs doivent trouver une profitabilité pour rentabiliser leur production. Cela devra passer par une revalorisation du prix de la pomme payé au producteur. C’est une nécessité compte tenu de l’érosion prévisible des volumes à livrer dans les entreprises.

Quel regard portez-vous sur l’appellation Calvados ?
Cela fait plusieurs années que la FDSEA, la FNPFC et certains opérateurs engagent des démarches pour faire évoluer l’appellation. La version du programme national opérationnel (PNO), qui est proposée aujourd’hui, est déconnectée de la réalité de la production cidricole sur notre territoire. Une étude du conseil économique et social démontre  une régression exponentielle du verger haute tige. Elle conduira inévitablement à terme à une pénurie des volumes transformés en Calvados en raison d’un cahier des charges trop draconien. Il y a un risque de mise sous cloche de ce signe de qualité qui ne sera profitable à personne.

Quels sont vos attentes sur l’évolution du cahier des charges de l’AOC Calvados ?
Nous souhaitons redonner des perspectives aux livreurs de pommes à cidre, à la vingtaine de producteurs, transformateurs et ceux qui souhaitaient s’installer ou transmettre leurs outils dans les années à venir. Nous avons demandé pour ce faire que la proposition de l’ODG visant à appliquer la contrainte de 30 % de surfaces de fruits issus de vergers hautes tiges soit limitée aux fruits achetés (pour les acheteurs élaborateurs). Les contraintes diverses inhérentes à la conduite d’un verger haute tige nous conduisent également à ne pas exiger de contrainte de surface en haute tige, une valorisation et un maintien du verger haute tige via les achats de fruits à hauteur de 30 %. Nous souhaitons, par ailleurs, une révision de la liste variétale et une harmonisation des points de contrôle source d’économie pour les acteurs de la filière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité