Aller au contenu principal

Jeunes agriculteurs
Réduire les coûts de reprise

Jean-François Bouillon, secrétaire général des JA explique ses positions sur l’installation.

“Les jeunes ont le droit d’avoir des perspectives de développement”.
“Les jeunes ont le droit d’avoir des perspectives de développement”.
© E.C.
“L’installation ? Elle se porte plutôt bien dans le département. Nous avons encore une agriculture dynamique dans un tissu rural dense, ce qui favorise les installations hors-cadre familial” lance Jean-François Bouillon, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs, installé en gaec à Ancteville (canton de Saint-Malo de la Lande) en production laitière et taurillons. Gros capitaux Mais tout n’est pas rose pour autant dans le milieu agricole. “Si l’installation sous forme sociétaires permet de réduire les coûts par rapport à l’installation individuelle, nous sommes toujours confrontés à des reprises de capitaux énormes qui pénalise fortement les installés dans leurs projets”. Par ailleurs, J.F. Bouillon, s’il prône l’installation sociétaire, estime qu’elle doit être raisonnée. “Cela se prépare doucement mais sûrement, c’est le meilleur moyen pour éviter qu’un gaec casse au bout de quelques années”. Une fois que les jeunes ont enclenché la mécanique de l’installation, encore faut-il leur donner des perspectives. “C’est clair, nous avons un manque de lisibilité sur le prix des produits et sur l’avenir des aides. Or, tout installé fait des projets de développement mais aujourd’hui nous sommes bloqués par un certain système. Il serait intéressant que les gens qui partent à la retrate conservent du capital dans leur ancienne exploitation. Cela permettrait au jeune installé de réduire son investissement de départ et de racheter progressivement le reste du capital”. Sur le parcours à l’installation, le jugement de Jean-François Bouillon est nuancé, “il n’est pas toujours adapté au niveau de formation des jeunes. Parfois, le parcours est trop long. Au JA, nous réfléchissons à une révision du SPI pour faire entrer un maximum de jeunes dans l’installation aidée”. Sur les DPU, les JA ont apprécié la décision du Ministère, “le paiement anticipée de 50% soulage les trèsoreries. Cela permet aussi à la DDAF de dire aux jeunes et aux moins jeunes à quelle somme ils peuvent prétendre. L’administration, sur ce point, à tenu ses promesses”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité