Aller au contenu principal

Protéagineux
Réduire sa facture d’engrais azotés avec les protéagineux

Semer des usines d’engrais azotés dans vos champs. Avec un prix de l’engrais azoté qui a quasiment doublé en l’espace de cinq ans, les protéagineux peuvent valoriser leur rôle de légumineuse dans les rotations et réduire les factures d’engrais azotés. A plus de 1 € l’unité, en 5 ans l’augmen-tation nette des charges pour une culture recevant 180 unités d’azote atteint les 100 euros par hectare : surcoût qui n’affecte pas les protéagineux.

Prix des engrais : l’azote à plus de 1 euro l’unité
La fabrication d’engrais azotés nécessite beaucoup d’énergie, principalement sous forme de gaz naturel. Malgré les progrès réalisés par l’industrie des engrais, il faut près de 1.5 l d’équivalent fuel pour produire et transporter 1 kg d’azote minéral. Autour de 80 % du coût de production de l’engrais azoté est directement imputable au prix du gaz. Celui-ci étant aligné sur celui du pétrole, le prix des engrais azotés est soumis aux fluctuations des cours des hydrocarbures. Pour l’ammonitrate, principal engrais azoté simple utilisé en France, l’unité valait autour de 0.55 euro il y a cinq ans. Cette même unité vaut aujourd’hui plus de 1.1 euro du fait de l’augmentation des prix des hydrocarbures mais également de la forte demande mondiale en engrais azotés (graphique ci-dessous).

Protéagineux, une fabrique d’azote dans la parcelle
Pour une culture recevant 180 unités d’azote, les charges d’engrais azotés sont passées de 100 à plus de 200 euros par hectare. Cette augmentation des charges de 100 euros par hectare n’affecte pas les protéagineux.
En tant que légumineuse, les protéagineux prélèvent directement l’azote de l’air grâce à la fixation symbiotique dans les nodosités (photo) en complément de l’azote fourni par le sol. Ne nécessitant aucun apport d’engrais azotés, les protéagineux réduisent également les apports sur la culture qui suit. Ce sont de 20 à plus de 50 unités d’azote qui peuvent être économisées, en fonction de l’année et du type de sol, sur un blé de pois par rapport à un blé de blé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité