Aller au contenu principal
Font Size

Protéagineux
Réduire sa facture d’engrais azotés avec les protéagineux

Semer des usines d’engrais azotés dans vos champs. Avec un prix de l’engrais azoté qui a quasiment doublé en l’espace de cinq ans, les protéagineux peuvent valoriser leur rôle de légumineuse dans les rotations et réduire les factures d’engrais azotés. A plus de 1 € l’unité, en 5 ans l’augmen-tation nette des charges pour une culture recevant 180 unités d’azote atteint les 100 euros par hectare : surcoût qui n’affecte pas les protéagineux.

Prix des engrais : l’azote à plus de 1 euro l’unité
La fabrication d’engrais azotés nécessite beaucoup d’énergie, principalement sous forme de gaz naturel. Malgré les progrès réalisés par l’industrie des engrais, il faut près de 1.5 l d’équivalent fuel pour produire et transporter 1 kg d’azote minéral. Autour de 80 % du coût de production de l’engrais azoté est directement imputable au prix du gaz. Celui-ci étant aligné sur celui du pétrole, le prix des engrais azotés est soumis aux fluctuations des cours des hydrocarbures. Pour l’ammonitrate, principal engrais azoté simple utilisé en France, l’unité valait autour de 0.55 euro il y a cinq ans. Cette même unité vaut aujourd’hui plus de 1.1 euro du fait de l’augmentation des prix des hydrocarbures mais également de la forte demande mondiale en engrais azotés (graphique ci-dessous).

Protéagineux, une fabrique d’azote dans la parcelle
Pour une culture recevant 180 unités d’azote, les charges d’engrais azotés sont passées de 100 à plus de 200 euros par hectare. Cette augmentation des charges de 100 euros par hectare n’affecte pas les protéagineux.
En tant que légumineuse, les protéagineux prélèvent directement l’azote de l’air grâce à la fixation symbiotique dans les nodosités (photo) en complément de l’azote fourni par le sol. Ne nécessitant aucun apport d’engrais azotés, les protéagineux réduisent également les apports sur la culture qui suit. Ce sont de 20 à plus de 50 unités d’azote qui peuvent être économisées, en fonction de l’année et du type de sol, sur un blé de pois par rapport à un blé de blé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité