Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Protéagineux
Réduire sa facture d’engrais azotés avec les protéagineux

Semer des usines d’engrais azotés dans vos champs. Avec un prix de l’engrais azoté qui a quasiment doublé en l’espace de cinq ans, les protéagineux peuvent valoriser leur rôle de légumineuse dans les rotations et réduire les factures d’engrais azotés. A plus de 1 € l’unité, en 5 ans l’augmen-tation nette des charges pour une culture recevant 180 unités d’azote atteint les 100 euros par hectare : surcoût qui n’affecte pas les protéagineux.

Prix des engrais : l’azote à plus de 1 euro l’unité
La fabrication d’engrais azotés nécessite beaucoup d’énergie, principalement sous forme de gaz naturel. Malgré les progrès réalisés par l’industrie des engrais, il faut près de 1.5 l d’équivalent fuel pour produire et transporter 1 kg d’azote minéral. Autour de 80 % du coût de production de l’engrais azoté est directement imputable au prix du gaz. Celui-ci étant aligné sur celui du pétrole, le prix des engrais azotés est soumis aux fluctuations des cours des hydrocarbures. Pour l’ammonitrate, principal engrais azoté simple utilisé en France, l’unité valait autour de 0.55 euro il y a cinq ans. Cette même unité vaut aujourd’hui plus de 1.1 euro du fait de l’augmentation des prix des hydrocarbures mais également de la forte demande mondiale en engrais azotés (graphique ci-dessous).

Protéagineux, une fabrique d’azote dans la parcelle
Pour une culture recevant 180 unités d’azote, les charges d’engrais azotés sont passées de 100 à plus de 200 euros par hectare. Cette augmentation des charges de 100 euros par hectare n’affecte pas les protéagineux.
En tant que légumineuse, les protéagineux prélèvent directement l’azote de l’air grâce à la fixation symbiotique dans les nodosités (photo) en complément de l’azote fourni par le sol. Ne nécessitant aucun apport d’engrais azotés, les protéagineux réduisent également les apports sur la culture qui suit. Ce sont de 20 à plus de 50 unités d’azote qui peuvent être économisées, en fonction de l’année et du type de sol, sur un blé de pois par rapport à un blé de blé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité