Aller au contenu principal

Bâtiments et abords
Réflexions sur les accès et abords des bâtiments

Embarquement des animaux dans le calme pour le bien-être de tous (chauffeur, éleveur, animaux).

Tout d’abord, une réflexion particulière sur les accès et abords des bâtiments est essentiel. Le chargement des animaux est une opération sensible qui doit se faire dans de bonnes conditions afin de garantir la sécurité de l’éleveur et du chauffeur mais aussi le bien-être animal. Ces bonnes conditions limitent les perturbations émotionnelles des animaux et réduisent le risque d’apparition de viandes à PH élevé.De plus, des accès solides et bien conçus permettent de travailler tous les jours dans une situation plus confortable.


Une réflexion globale

Il convient de prendre en compte le circuit de collecte et les équipements d’embarquement dès la conception des bâtiments. La collecte des animaux s’inscrit dans de nombreux flux qui nécessitent des accès bien identifiés et adaptés.Les circuits des animaux et des déjections doivent être différents de ceux liés à l’approvisionnement et aux intervenants extérieurs.Il est aussi indispensable de séparer autant que possible l’activité privée de l’activité professionnelle.


Une entrée dégagée et sécurisée

A partir d’une voie de 2,50 m de large sur la chaussée publique, la jonction “route, voirie d’exploitation” offre un passage de 8 m minimum (soit un busage de fossé de 11 m).La voirie se rétrécit à 4 m après une distance d’au moins 8 m pour permettre d’achever le braquage.
Les points importants :

- une bonne visibilité en entrée et sortie ;

- une signalisation à l’entrée de l’exploitation ;

- tous les obstacles en hauteur sont à plus de 4,5 m ;

- les buses débordent de 1,5 m de part et d’autre du passage ;

- les accès font 4 m de large ;

- les eaux pluviales sont gérées.


Une voirie adaptée et durable

La voirie de l’exploitation est utilisée par de nombreux types de véhicules lourds (voir encadré). Elle doit être solide et durable dans le temps.Après décapage de la terre végétale, la couche de fondation est constituée d’un géotextile et d’une couche de ø 0/150 sur 25 cm compactée.Pour une voirie à usage fréquent : la sous-couche est constituée de matériaux de ø 0/80 ou 0/100 sur 15 cm avec une couche de fondation ou de 40 cm sur un sol sain.La couche de surface est constituée de 0/40 ou 0/31.5 sur 10 cm.
Les points importants :

- matérialiser et clôturer les zones dangereuses pour la circulation (fosses, obstacles,….) ;

- pas de stationnement de véhicules ou matériels sur la voirie ;

- la voirie est maintenue en bon état de propreté ;

- une pente de circulation n’excédant pas 5 %.


La zone de manœuvre

Selon les dispositions des bâtiments, de la voirie et des éléments du milieu, les chauffeurs sont amenés à exercer toutes sortes de manœuvres.Ces manœuvres nécessitent de l’espace. Lors de la marche arrière, le chauffeur se repère sur un point fixe (visible de son côté) pour se positionner correctement auprès de la zone d’embarquement.
Les points importants :

- les sols de la zone de manœuvre sont stabilisés ;

- la zone de manœuvre est dégagée d’obstacles (attention aux auvents, gouttières, branches,…) ;

- prévoir un éclairage non éblouissant de la zone de manœuvre, sans créer de zones d’ombres qui peuvent perturber l’avancement des animaux ;

- la sécurité des intervenants est assurée (clôtures, mare, trou, caniveau,…) ;

- la zone de manœuvre est maintenue en bon état de propreté ;

- la zone d’intervention est équipée d’un lave-botte ;

- prévoir un repère de recul pour les chauffeurs ;

- positionner le camion en oblique par rapport à la sortie des bovins.

Les aires d’attente et quai de chargement

Les aires d’attente et de chargement doivent être des endroits spécifiques et bien étudiés afin que les bovins se sentent en sécurité.Pour un bovin qui doit attendre seul à l’écart du troupeau un point d’eau et d’alimentation est indispensable. Les points importants :- la zone d’embarquement fait 15 à 20 m² ;- elle est réalisée sur sol stabilisé ;- des passages d’homme sont disposés judicieusement afin de préserver la sécurité des intervenants ;-prévoir un lave-botte.Les accès font souvent partie des investissements reportés pour diverses raisons que ce soit le coût ou la difficulté d’identifier tous les circuits mais ils sont un point de confort et surtout de sécurité pour l’ensemble des intervenants. Il convient donc de bien y réfléchir car les enjeux sont importants que ce soit par la taille des camions mais aussi par les besoins des collecteurs (collecte de bovins, laitier, etc.).

Camions

Le décret du 18 janvier 2011 autorise la circulation des camions de 44 tonnes sur 5 essieux.Avant cette date, le poids maximum des camions était de 40 tonnes.Il concerne les denrées agricoles (engrais, céréales, animaux, fruits et légumes,..).La mesure sera étendue en 2012 à tout type de chargement.


Brochure “Bâtiments et collecte des gros bovins”

Cette brochure de 8 pages reprend dans le détail les éléments précédents mais va plus loin dans la conception des éléments de contention et de l’emplacement et de la taille des différents types de manœuvre.Vous pouvez vous procurer ce document auprès des Chambres départementales d’agriculture et du CIRLVBN.Ce document est une coproduction du GIE Bretagne, du CIRLVBN, du GIE élevage des Pays de la Loire, des Chambres d’agriculture, de l’Institut de l’élevage et de L’Union régionale des groupements de production du grand ouest (URGO).Il a été financé par les régions Bretagne, Basse-Normandie, Pays de la Loire, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche ainsi que FranceAGRIMER.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
ABATTOIR TEBA
L'abattoir de Saint-Hilaire vendu à Teba
En décembre 2020, les élus de la communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie avaient décidé de mettre fin à l’activité…
Publicité