Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Régis BTP veut s’inscrire durablement dans le paysage agricole

llll « C’est une belle aventure qui ne fait que commencer. Régis BTP a toute sa place dans le paysage agricole régional ». Après son départ de Carpiquet (14) pour Ifs dans des locaux flambants neufs et très fonctionnels, Jean-Baptiste Dubois réaffirme la double vocation de l’entreprise qu’il dirige : le bâtiment et les travaux publics comme l’indiquent les trois lettres « BTP » mais aussi l’agricole avec notamment la gamme FASTRAC, le tracteur le plus rapide au monde.

Jean-Baptiste Dubois (directeur général de Régis BTP) : « on peut louer aussi un Fastrac à la semaine ou au mois
Jean-Baptiste Dubois (directeur général de Régis BTP) : « on peut louer aussi un Fastrac à la semaine ou au mois
© TG

Un produit qui n’est pas nouveau puisque le prototype d’origine date de 1991. « Depuis 25 ans, nous avons appris en construisant les tracteurs les plus polyvalents et les plus productifs du monde », revendique aujourd’hui son fabricant britannique. Après le Fastrac JCB 185 (1994), 3155/3185 (1998) et 3190/3220 (2002), place désormais à la nouvelle série 8000.
Entre autres atouts : une vitesse de pointe pouvant atteindre 65 km/h (selon la législation en vigueur) avec des freins à disque externe à double étriers sur les deux ponts contrôlés hydropneumatiquement. Avantage : un arrêt plus rapide de 15 % par rapport à un tracteur conventionnel. « Il s’agit d’un excellent tracteur routier qui répond à des besoins spécifiques comme ceux des exploitations agricoles multisites qui nécessitent de fréquentes navettes entre les différents ateliers. Je pense aussi aux liniculteurs qui doivent régulièrement livrer leur lin à l’usine de teillage parfois très éloignée du siège de l’exploitation». Régis BTP, qui assure l’exclusivité de la distribution dans le Calvados, la Seine-Maritime et l’Eure, revendique d’ailleurs une vingtaine d’unités vendues dans les trois départements en deux ans. Un produit adapté aussi aux exigences des ETA (Entrepreneur de Travaux Agricoles) qui passent du temps sur la route « et pas forcément plus cher qu’un tracteur classique », insiste Jean-Baptiste Dubois.

Et pourquoi ne pas louer pour une semaine ou un mois?
Et à défaut d’investir, vous avez toujours la possibilité de louer à la semaine ou au mois le modèle qui vous tente
« Une façon originale, très souple et sans aucun risque de se faire son opinion ». Fin de citation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité