Aller au contenu principal

Gérard Verger, responsable du marché de l’Agriculture au Crédit Mutuel de Normandie
Réinjecter la trésorerie manquante

Pour passer le cap, il faut réinjecter dans les exploitations la trésorerie manquante”, estime Gérard Verger, responsable du marché de l’Agriculture du Crédit Mutuel de Normandie (Calvados, Eure et Seine-Maritime). Un sentiment partagé par Jean-Paul Forveille, son homologue du Crédit Mutuel Maine Anjou Basse-Normandie (Orne, Manche et Mayenne).

Gérard Verger, responsable du marché de l’Agriculture au Crédit Mutuel de Normandie
Gérard Verger, responsable du marché de l’Agriculture au Crédit Mutuel de Normandie
© DR

Depuis la signature de la convention sur les prêts aidés entre l’Etat et les banques dans le cadre du plan de soutien à l’agriculture, se bouscule-t-on dans les guichets du Crédit Mutuel ?
Nous sentons certes un léger frémissement depuis quelques jours avec un peu plus d’agriculteurs qui nous posent des questions sur le dispositif d’aides mais, à ce jour, nous n’avons guère plus de situations délicates à gérer qu’en année “normale”.
Au delà de cette crise, la gestion de ces situations fait partie de notre quotidien. Notre réseau est formé pour cela et nous ne sommes pas dépourvus de réponses.

Comment expliquer ce décalage entre l’idée qu’on peut s’en faire et la réalité telle que vous la vivez ?
J’avancerai deux explications. La première, c’est qu’en situation de crise, ce ne sont pas les banquiers qui sont aux premières loges mais les fournisseurs. Ce sont eux qui subissent les premiers impacts. On ne peut d’ailleurs que se féliciter qu’ils soient désormais associés aux tours de table départementaux. 
La seconde explication, c’est que nous n’avons pas attendu novembre pour réagir. Dès le mois de juin, le Crédit Mutuel a ouvert une enveloppe non limitée de crédits au taux réduit de 3 % sans frais de dossier pour soutenir ses clients agriculteurs concernés par les effets de la crise laitière. 

Le nouveau dispositif, notamment avec des prêts de reconstitution de trésorerie à 2 voire 1,5 % pour les jeunes agriculteurs, peut-il s’avérer efficace ?
Les mesures annoncées peuvent effectivement répondre à certaines situations d’urgence dans la mesure où elles vont permettre de réinjecter dans l’exploitation la trésorerie manquante. Elles vont aider certains à passer un cap difficile en attendant une amélioration conjoncturelle.

Il appartient au banquier d’instruire les dossiers d’aides. Quels sont vos critères d’éligibilité ?
Pour le lait, c’est simple. Il suffit de comparer le prix de vente des 1 000 litres en 2009 par rapport à 2008 pour calculer le manque à gagner et donc le manque de trésorerie.
Pour les autres productions, nous étudions les bilans. Un travail que nous menons avec l’agriculteur et son comptable.
En résumé, à partir du moment où le déficit de trésorerie est démontré, tout agriculteur est éligible.

Enregistrez-vous ou craignez-vous à terme un recul des investissements en agriculture voire un coup de mou au niveau des installations ?
Au niveau du matériel, il y aura sans doute un impact national. Mais là encore, sur les 9 premiers mois de l’année, nous avons réalisé des prêts Actimat (Ndlr : prêts matériels) à un rythme comparable à 2008. Quant à l’installation, il y a toujours autant de jeunes qui viennent frapper à notre porte et ils ont raison. L’agriculture pour le Crédit Mutuel est un marché prioritaire et nous allons continuer à nous y investir et sur le long terme. Plus largement d’ailleurs, la France n’a pas le choix. Economiquement, socialement, environnementalement, l’agriculture doit rester une priorité nationale. 

Une priorité avec cependant une nouvelle donne : la volatilité des cours ?
C’est effectivement la conséquence conjuguée de la réforme de la PAC et de la mondialisation. Mais face à cette volatilité des prix agricoles et ses coups de balancier dans tous les sens, nous ne sommes pas démunis. Le marché à terme constitue une réponse. Il permet de sécuriser son prix d’objectif. Je ne peux qu’encourager les agriculteurs à s’informer et à se former dans ce sens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité