Aller au contenu principal

En direct de la Chambre d'Agriculture de la Manche
Remise en culture des jachères : ajuster les assolements

Pour la récolte 2008, l'obliga-tion de mise en jachère des terres est levée. Pour le département de la Manche, 2 300 exploitations qui gelaient 4 ha en moyenne, peuvent modifier leur assolement.

.
.
© DR
 Dans le contexte de prix élevé des céréales, d'augmen-tation des références laitières et de nécessité de reconstituer les stocks de fourrage, beaucoup d'éléments incitent à remettre en culture ces surfaces.

Tenir compte du potentiel des parcelles
Certaines parcelles en jachère sont difficilement cultivables. La présence de cailloux ou de zones hydromorphes limite le potentiel des cultures. De plus le travail du sol peut être difficile et coûteux. Dans ce cas il sera souvent préférable de conserver ces surfaces en prairie. Elles pourront aussi être maintenues en jachère.
Dans les parcelles facilement cultivables, le choix de la culture à mettre en place dépendra du potentiel agronomique, des besoins en fourrage, de l'organi-sation du travail et du résultat économique. Il faudra privilégier la reconstitution des stocks et assurer la production de la référence laitière.

Des marges brutes élevées
Le résultat économique va dépendre du niveau de rendement espéré, mais également du prix de vente de la culture.
Dans les tableaux suivants sont présentés des marges brutes pour le blé d'hiver et le maïs grain. Deux niveaux de rendement sont retenus (potentiel faible ou élevé) avec deux prix de vente possibles.
Les niveaux de charges
retenus correspondent à une conduite raisonnée des cultures. Ces charges sont ajustables au contexte agronomique et climatique de l'année.


Samuel HARDY
Chambre d'Agriculture de la Manche
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité