Aller au contenu principal

En direct de la Chambre d'Agriculture de la Manche
Remise en culture des jachères : ajuster les assolements

Pour la récolte 2008, l'obliga-tion de mise en jachère des terres est levée. Pour le département de la Manche, 2 300 exploitations qui gelaient 4 ha en moyenne, peuvent modifier leur assolement.

.
.
© DR
 Dans le contexte de prix élevé des céréales, d'augmen-tation des références laitières et de nécessité de reconstituer les stocks de fourrage, beaucoup d'éléments incitent à remettre en culture ces surfaces.

Tenir compte du potentiel des parcelles
Certaines parcelles en jachère sont difficilement cultivables. La présence de cailloux ou de zones hydromorphes limite le potentiel des cultures. De plus le travail du sol peut être difficile et coûteux. Dans ce cas il sera souvent préférable de conserver ces surfaces en prairie. Elles pourront aussi être maintenues en jachère.
Dans les parcelles facilement cultivables, le choix de la culture à mettre en place dépendra du potentiel agronomique, des besoins en fourrage, de l'organi-sation du travail et du résultat économique. Il faudra privilégier la reconstitution des stocks et assurer la production de la référence laitière.

Des marges brutes élevées
Le résultat économique va dépendre du niveau de rendement espéré, mais également du prix de vente de la culture.
Dans les tableaux suivants sont présentés des marges brutes pour le blé d'hiver et le maïs grain. Deux niveaux de rendement sont retenus (potentiel faible ou élevé) avec deux prix de vente possibles.
Les niveaux de charges
retenus correspondent à une conduite raisonnée des cultures. Ces charges sont ajustables au contexte agronomique et climatique de l'année.


Samuel HARDY
Chambre d'Agriculture de la Manche
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité