Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En direct de la Chambre d'Agriculture de la Manche
Remise en culture des jachères : ajuster les assolements

Pour la récolte 2008, l'obliga-tion de mise en jachère des terres est levée. Pour le département de la Manche, 2 300 exploitations qui gelaient 4 ha en moyenne, peuvent modifier leur assolement.

.
.
© DR
 Dans le contexte de prix élevé des céréales, d'augmen-tation des références laitières et de nécessité de reconstituer les stocks de fourrage, beaucoup d'éléments incitent à remettre en culture ces surfaces.

Tenir compte du potentiel des parcelles
Certaines parcelles en jachère sont difficilement cultivables. La présence de cailloux ou de zones hydromorphes limite le potentiel des cultures. De plus le travail du sol peut être difficile et coûteux. Dans ce cas il sera souvent préférable de conserver ces surfaces en prairie. Elles pourront aussi être maintenues en jachère.
Dans les parcelles facilement cultivables, le choix de la culture à mettre en place dépendra du potentiel agronomique, des besoins en fourrage, de l'organi-sation du travail et du résultat économique. Il faudra privilégier la reconstitution des stocks et assurer la production de la référence laitière.

Des marges brutes élevées
Le résultat économique va dépendre du niveau de rendement espéré, mais également du prix de vente de la culture.
Dans les tableaux suivants sont présentés des marges brutes pour le blé d'hiver et le maïs grain. Deux niveaux de rendement sont retenus (potentiel faible ou élevé) avec deux prix de vente possibles.
Les niveaux de charges
retenus correspondent à une conduite raisonnée des cultures. Ces charges sont ajustables au contexte agronomique et climatique de l'année.


Samuel HARDY
Chambre d'Agriculture de la Manche
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité