Aller au contenu principal

Syndicat des éleveurs de bovins Charolais
Rendez-vous le 7 novembre en Alençon

Malgré la crise sanitaire, le syndicat des éleveurs de bovins Charolais de l’Orne maintient son concours annuel. En dehors la manifestation « Ferme en Fête » annulée mais toujours au parc des expositions en Alençon et sur une seule journée : le samedi 7 novembre.

SYNDICAT ELEVEURS CHAROLAIS
Hugues Bonhomme (président du syndicat) et Chloé Serre. La directrice d’Interbev Normandie est intervenue sur les circuits de valorisation et commercialisation de la viande bovine en France et à l’étranger. Premières conclusions : sur le marché intérieur, la viande pourra capitaliser sur l’origine France, le plaisir et le fait-maison ; elle doit continuer à défendre sa place sur les questions RSE et notamment sanitaire ; il y a une place évidente pour des viandes de qualité dont le développement passera par une adaptation aux nouveaux circuits et formats ; l’offre disponible ne correspondant pas aux attentes sociétales qualitatives devra trouver d’autres marchés ou répondre aux attentes d’accessibilité en termes de prix.
© DR

Les aficionados de la race Charolaise ont été sondés et ils ont été unanimes. « Oui » à un concours départemental même si l’édition 2020 obéira à des règles sanitaires strictes. Le risque sanitaire est donc sous contrôle tout comme le risque financier « maîtrisé » malgré la Covid-19.

90 animaux préinscrits

Et la Charolaise ne sera pas seule en lice. Le concours « viande » se déroulera en parallèle ainsi qu’un Rouge des Prés avec les voisins de la Sarthe. « 90 animaux Charolais pour une trentaine d’éleveurs étaient préinscrits à la mi-septembre», a indiqué Hugues Bonhomme, président du syndicat des éleveurs de bovins Charolais qui a tenu, vendredi 18 septembre dernier, son assemblée générale annuelle en Alençon initialement prévue le 19 mars à Gacé. Pour les retardataires, les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’à demain 2 octobre. Ainsi, avec La Roche-sur-Yon (85), Alençon sera l’un des deux concours reconnus en 2020. Raison supplémentaire pour les sponsors d’apporter une contribution à la hauteur de l’évènement. Cette édition aura donc une saveur particulière puisque « en mode fermé, sur invitation et avec une jauge à 5 000 personnes en l’état actuel des mesures de prévention », a précisé Hugues Bonhomme. Ce rendez-vous, qui se veut convivial et très professionnel, permettra aux amoureux de la race de prendre un peu de bon temps dans un contexte « où les cours de la viande avec des prix proches de ceux d’il y a 30 ans n’encouragent pas l’élevage, déplore le président. Par ailleurs, les écologistes et les anti-viandes remettent de plus en plus en cause notre travail et notre présence sur le territoire. Nous ne pouvons que regretter que ces personnes soient de plus en plus écoutées, cela pose question ! » Autre préoccupation exprimée par le syndicat : « des dossiers très sensibles vont mobiliser le bureau du Herd Book. Un exemple : la volonté de Gènes Diffusion de créer un second livre généalogique. Nous ne pouvons que regretter que les éleveurs soient les premières victimes de cette décision issue d'une mésentente ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

moisson 2021
La qualité des blés se dégrade avec la pluie
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité