Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Résultats d’un essai à Bricquebosq (50)
Rentabilisez les engrais sur maïs

Le coût élevé des engrais minéraux oblige à optimiser les apports sur les cultures. Sur maïs, il importe de bien valoriser les engrais de ferme et d'ajuster la dose d'engrais minéral. Un essai a été mené en 2008 sur une parcelle de Bricquebosq, dans le nord Manche. L'objectif était de tester différentes doses d'azote et de comparer les rendements obtenus.

Apporter les engrais de ferme au bon moment
Bien valoriser les engrais de ferme passe d'abord par une bonne appréciation de leur valeur. Pour cela, une analyse est utile. Les teneurs des effluents d'élevage varient selon le logement, l'alimentation, le stockage, etc. Autre point important : les périodes d'épandage. Epandu fin avril, juste avant le semis de maïs, l'azote efficace du fumier n'est pas complètement utilisé par le maïs. Au contraire, s'il est apporté en mars, il minéralise et libère l'azote au moment où le maïs en a le plus besoin. Un fumier frais va pomper de l'azote du sol pour se dégrader (schéma 1).
Le lisier ou les fientes de volailles, plus riches en azote minéral, libèrent rapidement l'azote. Ils sont à épandre au plus près du semis.

Ajuster la dose d'engrais minéraux
La méthode du bilan permet d'ajuster la dose d'azote minéral à apporter en prenant en compte les caractéristiques du sol et du rendement souhaité. Une analyse de terre indique les teneurs en P2O5 et en K2O ainsi que l'état calcique du sol.

A Bricquebosq : des fournitures par le sol  de plus de 170 unités/ha
La parcelle est un limon profond, bien chaulé (pH = 6,5) et dont les teneurs en P2O5 et en K2O sont normales à élevées. L'essai consiste à tester trois doses d'azote : 0, dose N (60 uN/ha), dose N+40 (103 uN/ha). Le rendement matière sèche et l'azote exporté par la plante (racines comprises) sont mesurés sur trois répétitions.
Les résultats sont marquants (tableau 1). Les rendements atteignent en moyenne 14 tonnes MS/ha en zone témoin et jusqu'à 20 tonnes MS/ha avec un apport de fumier + starter + complet. Dans cette parcelle, le maïs a capté 172 unités d'azote dans le sol (hors engrais). La minéralisation du sol est donc importante.
Il apparaît ici que la dose N n'est pas l'optimum du rendement puisque le rendement augmente avec la dose N+40.

Azote rentabilisé à condition d'atteindre l'objectif de rendement
Le rendement doit être suffisant pour subvenir aux besoins du troupeau. Néanmoins, il faut aussi considérer le coût des engrais épandus. Le graphique 1 indique le rendement et le coût par hectare des engrais azotés minéraux associés.
D'après le graphique, pour gagner 1 tonne de matière sèche/ha (TMS/ha) par rapport au témoin, je dépense donc de 9 à 15 € en engrais. Le rendement supplémentaire coûte aussi en frais supplémentaires d'ensilage et de transport (estimé à 15 €/TMS supplémentaire). Par conséquent, pour gagner 1 TMS/ha par rapport au témoin, je dépense 24 à 30 €/TMS.
Pour un rendement de 12 TMS/ha, on estime le coût moyen /ha à 600 €, soit 50 €/TMS.
Pour un rendement de 20 TMS/ha, le coût est de 840 €/ha (600 + 8*30 €/TMS supplémentaire), soit 42 €/TMS.
Les unités d'azote supplémentaires apportées sont donc bien valorisées.
Attention, la valorisation des unités d'azote supplémentaires n'est valable que dans les sols où le gain de rendement est possible. Il s'agit de sols à fort potentiel : limon profond, riche en matière organique, bien chaulé, où la préparation du sol et l'implantation sont réalisées de façon optimale.

Laëtitia CHEGARD
Chambre d'Agriculture de la Manche

lchegard@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité