Aller au contenu principal

Coopérative de Creully
Repenser et reformuler l’offre de commercialisation

La forte volatilité des prix des productions agricoles, et notamment des céréales, jette le trouble dans l’esprit des agriculteurs et peut inciter à des raisonnements à court terme. A la coopérative de Creully, on souhaite remettre à plat les règles du jeu du dépôt/vente.

Yves Julien (à droite) et Willy Patsouris, respectivement président et directeur de la coopérative de Creully : “nous remercions les adhérents qui ont mis un point d’honneur à tenir leurs engagements mais nous avons aussi entendu leur avertissement : “faites le nécessaire pour que tout le monde en fasse autant”. Une approche individuelle a été entreprise, travail important mais indispensable pour faire respecter la règle. Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que c’est le ...
Yves Julien (à droite) et Willy Patsouris, respectivement président et directeur de la coopérative de Creully : “nous remercions les adhérents qui ont mis un point d’honneur à tenir leurs engagements mais nous avons aussi entendu leur avertissement : “faites le nécessaire pour que tout le monde en fasse autant”. Une approche individuelle a été entreprise, travail important mais indispensable pour faire respecter la règle. Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que c’est le cas pour la très grande ma
© TG

Ce sont les chiffres de la moisson 2006 qui étaient officiellement triturés ce mardi à l’occasion de l’assemblée générale de la coopérative de Creully. Mais la moisson 2007, avec ses cours records (250 e/t de blé à la mi-septembre), ne pouvait qu’alimenter le débat. “La hausse est une bonne chose, a reconnu Yves Julien, son président. C’est la gestion de cette hausse qui s’avère délicate”. Il est vrai qu’il était tentant, cet été, de se tourner vers les prix de marché. Mais en face, il y a bien souvent des contrats. “Nous remercions les adhérents qui ont mis un point d’honneur à tenir leurs engagements(...), a souligné Willy Patsouris, directeur de la coopérative. Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que c’est le cas pour la très grande majorité. Les quelques cas d’agriculteurs ayant vendu plus que leur récolte ont été facturés du coût de recouverture des marchandises par la coopérative”. A noter un cas de refus de livraison alors que la marchandise était disponible, la voie judiciaire est engagée.


185 à 190 e/t en prix moyen
Pas certains d’ailleurs que se frotter au marché, même cette année, soit le plus payant. “Pour la récolte 2007, sur une hypothèse où la totalité de la récolte serait restée en prix moyen, notre moyenne de prix pourrait se situer entre 185 e/t et 190 e/t, compte tenu de notre système de vente, a indiqué Yves Julien dans son rapport d’orientation. Ceux qui ont choisi les prix de marché ne sont pas certains d’atteindre ce niveau”.
2007 aura cependant rebattu les cartes et les règles du jeu. “Nous devons repenser et reformuler nos offres de commercialisation car la spéculation pure et dure a ses limites. Votre coopérative doit travailler dans la durée, poursuivre l’organisation de filières performantes et garder un rôle d’acteur du marché”, ont insisté ses responsables. Mais s’il est vrai que l’inconnue climatique et le réchauffement de la planète rendent toutes prévisions de récolte délicates, pas certains non plus que l’on battra de nouveaux records de prix en 2008 !
Th. Guillemot

CA
En hausse de 22,39 %
Le chiffre d’affaires atteint presque 50 Me, en augmentation de 22,4 % par rapport à l’exercice précédent pour un résultat d’exploitation de 471539 e (soit 0,95 % du CA), “en conformité avec la volonté affichée de la coopérative de verser des compléments de prix avant clôture du bilan”. 

Blé
25 % de la collecte départementale
Avec 124 500 T, la collecte de blé (moisson 2006) progresse de 2 % pour atteindre 24,9 % de la collecte départementale. Une récolte affichant un PS moyen de 76,3 et un taux de protéine de 11,8.

Protéagineux
La féverole en forme
La collecte du pois avec 7 200 T recule de 26 %. “Nous assistons à la disparition de la culture du pois sur notre territoire. Pour la récolte 2007, la collecte a été divisée par 2 pour peser moins de 300 T”. La culture de la féverole a par contre le vent en poupe. Une collecte de 3 100 T multipliée par 2 par rapport à 2005. Creully, c’est 64 % de la sole départementale payée 125 e/T pour la fèverole à destination de l’alimentation humaine, 10 e de plus que la fèverole animale. 

Agrofourniture
+ 14 % en 4 ans
Le chiffre d’affaires agrofourniture a progressé de 14 % en 4 ans pour s’établir à 18,5 Me. La coopérative progresse sur la quasi totalité des secteurs montrant l’engagement des techniciens auprès des adhérents. Et Yves Julien d’insister : “je vous demande sur vos phytos, avec les 4 % proposés en assemblée générale, de bien comparer avec la concurrence et déterminer le meilleur rapport qualité de service/prix”.

Semences
280 ha pour OMNISEM
Les ventes de semences ont progressé pour toutes les espèces (sauf le pois) pour atteindre un CA de 2,3 Me. 280 ha de semences sont produits par les adhérents pour le compte d’OMNISEM. Le taux d’utilisation de semences certifiées est de 70 %. 

Cheval
1 150 T d’avoine et 530 T d’orge
L’activité cheval valorise 1 150 T d’avoine et 530 T d’orge pour un chiffre d’affaires de 1,469 Me en progression de 3,3 % avec une exigence qualité permanente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité