Aller au contenu principal

Génomique laitière
Repenser les objectifs de la sélection

La sélection génomique ? Pour Vincent Ducrocq (Inra), c’est l’utilisation en sélection de candidats dont la valeur génétique a été prédite à partir du génotype de nombreux marqueurs couvrant leur génome. « En bovins laitiers, elle engendre une véritable révolution, comparable aux bouleversements engendrés par le développement de l’insémination artificielle et du testage sur descendance il y a quelques décennies. Aujourd’hui, dans tous les pays développés, son application concrète chez les bovins laitiers est en place ou est envisagée à court terme.

Si la baisse des coûts le permet, l’évaluation génomique des femelles 
devrait se généraliser et devenir un outil de gestion des femelles de remplacement dans chaque troupeau
Si la baisse des coûts le permet, l’évaluation génomique des femelles
devrait se généraliser et devenir un outil de gestion des femelles de remplacement dans chaque troupeau
© ec

Les perspectives d’accroissement de progrès génétique nécessitent de repenser les objectifs de sélection : doubler le progrès génétique laitier actuel (+100kg/an en Holstein) n’est pas concevable, entre autres à cause des difficultés des éleveurs à adapter leur conduite de troupeau à des niveaux de production en forte augmentation. La sélection génomique est en fait une formidable occasion pour redresser les caractères fonctionnels peu héritables (fertilité, résistance aux mammites, longévité, aptitude au vêlage) qui jusque-là se détérioraient en raison de leur lien défavorable avec la production laitière. Deux éléments favorables vont dans ce sens : d’une part, la précision des index génomiques est moins sensible à une faible héritabilité qu’avec les index classiques ; d’autre part, cette précision est la même pour les femelles que pour les mâles, alors qu’il était impossible d’avoir des index fonctionnels classiques fiables pour les vaches. 

La suite dans votre prochaine édition

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité