Aller au contenu principal

Filière Qualité Race Normande
Rester en phase avec la distribution

La FQRN trace encore et toujours la route auprès de la distribution. Le dernier exercice se révèle payant.

Pas d’angoisse pour la Filière Qualité de la race Normande, les abatteurs ont même manqué d’animaux sur le dernier exercice. Pas de doute, au bout de 15 ans, la FQRN a fait largement ses preuves auprès de la distribution. Satisfaisant En assemblée générale, au Crédit Agricole de Caen, les dirigeants de la FQRN, Michel Hamel en tête, ont donc fait le bilan d’une année 2006 plutôt satisfaisante. Sur 24 170 animaux proposés par 3157 éleveurs, 20 158 étaient conformes au cahier des charges. Si le nombre d’adhérents est en baisse, ceci n’est du qu’à la restructuration des exploitations et aux départs à la retraite. Les apports ont donc été tendus tout au long de l’année, paradoxalement la distribution qui a remotivé ses chefs de rayons a du mal à comprendre des livraisons, parfois, limitées. L’occasion pour Marc Ferrer, directeur des achats-ventes “produits carnés” de Carrefour, d’indiquer, “nous souhaitons faire avec moins de complément en VBF et se tourner sur les produits de filières comme la FQRN”. S’investir encore et toujours Malgré une baisse de la consommation enregistrée dernièrement, les apports de viande FQRN ne progressent pas vraiment. Michel Hamel, lui, invitent les éleveurs à s’investir encore plus dans la filière, “tous les résultats des centres comptables le prouve, l’approche en filière amène une bonne stabilité dans le chiffre d’affaires “viande”. A la clé, les prix sont plutôt intéressants pour l’amont de la filière : 3,28 euros/kilo pour la vache R=, 3,30 pour le boeuf R=. Du côté des éleveurs, certains ont regretté la concentration de l’abattage sur Socopa/Coutances (67% des livraison). Réponse de Jacques Chatellier, directeur de Socopa, “afin de rester en phase avec les exigences du distributeur et du consommateur, la spécialisation d’un site est quasi-obligatoire”. Dernier point abordé lors de cette assemblée, la finition des animaux. Globalement, on note une amélioration du classement des carcasses. Peut-être un effet de l’utilisation de la machine à classer...
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité