Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Chambres d’agriculture de normandie
Résultats de l’enquête nationale 2012

Coûts et pratiques sanitaires en exploitations équines.

Depuis 2007, le réseau équin REFErence assure le suivi de structures équines des filières sport, loisir et trait afin d’élaborer des références technico-économiques. L’analyse des synthèses nationales publiées chaque année a révélé une grande variabilité des coûts sanitaires entre exploitations. Constatations qui ont conduit au lancement d’une enquête sanitaire nationale au printemps 2012. Les éléments présentés ici, pour la première fois, proviennent du dépouillement des 155 enquêtes réalisées.


Des frais sanitaires variables

Les résultats sont présentés par système, sachant que 6 systèmes différents ont été distingués : trait, élevage spécialisé, pension, centre ou ferme équestre et élevage mixte (lié à un autre atelier agricole).Les frais sanitaires par système différent, leur montant moyen varie de 55 €/an et par cheval chez les éleveurs de trait à 200 € pour les pensions. En élevage spécialisé ou mixte ces frais sont également élevés : 160 à 170 €/cheval. Les centres et fermes équestres sont plus économes avec une dépense proche de 100 €.Les variations sont également importantes entre exploitations, puisqu’en élevage spécialisé, les frais sanitaires varient de 22 à 450 €/cheval/an.Cette variabilité révèle une grande diversité des pratiques (graghique).


Des pathologies spécifiques en fonction des systèmes (élevage/pension)

Les pathologies touchant la reproduction sont fréquentes dans les structures qui pratiquent l’élevage puisque la moitié d’entre eux sont touchés.Les affections de l’appareil locomoteur sont également très présentes, que ce soit chez les jeunes ou les adultes au travail. La fréquence d’apparition varie de 40 % en élevage mixte à 60 % en centre équestre. Les affections les plus fréquentes sont les traumatismes suivis des abcès de pied.Par ailleurs, les pathologies digestives et respiratoire affectent essentiellement les adultes et sont surtout présentes en centre et ferme équestre. La majorité des pathologies digestives sont identifiées comme des coliques. Pour les pathologies respiratoires, la toux, l’emphysème et la gourme sont les plus fréquemment cités.


Stratégies de vaccination

Si 70 % des élevages déclarent vacciner tout leur cheptel à la même date, l’âge de la primo vaccination est lui beaucoup plus variable, entre 6 et 36 mois. Les vaccins contre la grippe et le tétanos sont les plus couramment appliqués à l’ensemble des chevaux. Les poulinières sont les plus vaccinées, 60 % des exploitations - tous systèmes confondus - vaccinent cette catégorie.La majorité des éleveurs déclarent vacciner car c’est obligatoire, sauf pour la rhino pneumonie où ils le font par prévention.


Une vermifugation systématique

L’administration de vermifuges est systématique dans 75 % des structures. Le dosage se fait à partir d’une estimation du poids dans 90 % des cas. Ce sont les élevages spécialisés qui adaptent le plus souvent leur stratégie à la pression parasitaire et aux conditions de l’année.Ce sont les élevages de trait (moins de 20 €/cheval/an) et les élevages mixtes qui traitent le moins leurs animaux. Les centres équestres, les éleveurs spécialisés et les pensions (38 €/cheval/an), administrent le plus de vermifuges.

Un suivi sanitaire pas toujours formalisé… mais les box d’isolement sont très répandus en élevage

90 % des enquêtés prend conseil auprès d’un vétérinaire. Mais ils sont seulement 3 % à faire réaliser un bilan sanitaire.Moins d’1/3 tient un registre sanitaire à jour et les ordonnances sont rarement conservées sur le long terme.Plus de la moitié des structures disposent d’un box d’isolement. Ce sont les centres équestres qui en sont le plus souvent dépourvus. 70 % des utilisateurs désinfectent ce box après utilisation.Le box de quarantaine est rare en centre équestre et élevage spécialisé mais plus répandu dans les autres systèmes où prés de 50 % des exploitations déclarent pouvoir mettre un cheval en quarantaine avant son introduction dans le cheptel.


Une stratégie de gestion sanitaire opposée

Alors que la stratégie des éleveurs de trait repose sur une gestion très économe et une grande autonomie, les activités de pension ont une gestion très préventive et sans prise de risque donc plus coûteuse. Pour les éleveurs mixtes ou spécialisés ainsi que les centres équestres, la stratégie est moins marquée, la gestion est plus dépendante de l’utilisation des animaux et des objectifs de l’éleveur. Les exploitants se répartissent entre la gestion économe et la gestion préventive, en passant par une gestion plus raisonnée donc plus autonome, tout en limitant les risques.


Une marge de progrès identifiée par les éleveurs : changer ses pratiques  face au parasitisme

Même si les exploitants ont souvent eu du mal à exprimer leurs marges de progrès, la question de l’amélioration de la gestion du parasitisme, à travers l’adoption de nouveaux protocoles est souvent citée.Cette étude a confirmé la diversité des pratiques et des coûts. Même si l’effectif restreint limite sa représentativité, il s’agit d’une base de travail riche, qui sera complétée par des études complémentaires à venir : enquête ciblée sur le parasitisme, conditions de logement…

Coût sanitaire

Le coût sanitaire comprend :

- les visites vétérinaires ;

- les vermifuges ;

- les vaccinations ;

- les médicaments et analyses ;

- les suivis de reproduction ;

- l’identification.


En savoir plus

La publication enquête nationale 2012 est téléchargeable sur les sites des Chambres d’agriculture de Normandie www.normandie.chambagri.fr, des Conseils des Chevaux de Haute et Basse-Normandie et de l’Institut de l’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité