Aller au contenu principal

Porc
Résultats porcins de la Manche en 2007 : du bon et du bien mauvais

82 résultats d’élevages concoctés par l’IFIP : l’échantillon est suffisamment large pour être représentatif des évènements de l’année 2007, avec à la première place, l’influence du prix de l’aliment.

Ciseau des prix défavorables et amélioration des critères techniques
La GTE des naisseurs-engraisseurs a livré son verdict : à moins de pouvoir produire -même partiellement- les céréales nécessaires à son élevage, l’année 2007 aura été marquée par la hausse du prix de l’aliment de 22 %. C’est énorme, surtout quand dans le même temps, le cadran connaissait un repli de 0,105 €/kg de
carcasse. L’impact est sérieux : malgré une amélioration des performances techniques (+ 0,6 porc produit), le produit animal par truie présente et par an est inchangé (à 2 265 euros). D’autres critères aussi essentiels que le GMQ (+10 g/j) et l’IC global
(- 0,05) s’améliorent également.

Hausse du coût de production
39 euros de plus/tonne ! Le prix de l’aliment connaît une envolée au point que le poids de ce poste dans le coût de production atteint 62 % pour les élevages suivis en GTE-TB.
Pour mémoire, il s’établissait à 56 %, deux ans plus tôt.
Le poids écrasant du coût alimentaire propulse le coût de production bien au-delà du prix perçu (1,274 euros/kg).
La marge sur coût alimentaire et renouvellement est en recul de 286 euros/truie présente.
Pour 2007, on revient donc à une période de forte dégradation de trésorerie.

Quels sont les leviers d’action ?
D’un point de vue technique, c’est toujours la productivité par truie qui a la plus grande incidence : près de 10 000 euros de marge brute en plus pour un élevage de 200 truies qui produirait 1 porc en plus par truie présente. Or, le tiers supérieur de l’échantillon vend 2,8 porcs de plus que le tiers inférieur !
Du point de vue coût de production, diminuer la dépendance en aliment tend à limiter les fluctuations de prix de revient. C’est un réflexe possible à condition de bien maîtriser la conduite de son élevage et surtout d’obtenir un aliment de qualité. Là encore, l’improvisation n’est pas de mise.

Jean-Louis RONNAY
Chambre d’Agriculture de la Manche
www.manche.chambagri.fr
jlronnay@manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Publicité