Aller au contenu principal

Retour sur la réunion CGB - Südzucker du 15 mai 2019

Mercredi 15 mai, s’est tenue à Strasbourg une réunion entre la CGB (Syndicat des betteraviers) et les représentants du groupe allemand Südzucker, rencontre décisive pour l’avenir des sucreries Saint-Louis d’Eppeville (Somme) et de Cagny (Normandie).

Patrick Dechaufour, président de la CGB Calvados, Orne, Sarthe; Dominique Fievez président de la CGB Somme et Franck Sander, président de la CGB, lors de la manifestation à Mannheim, devant le siège du groupe Südzucker, mardi 12 mars.
Patrick Dechaufour, président de la CGB Calvados, Orne, Sarthe; Dominique Fievez président de la CGB Somme et Franck Sander, président de la CGB, lors de la manifestation à Mannheim, devant le siège du groupe Südzucker, mardi 12 mars.
© Archives JP

Les représentants de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB), Franck Sander, président de la CGB et Pierre Rayé, directeur général ont proposé lors de cette réunion un plan de reprise des sites industriels du groupe propriétaire Südzucker. Ce plan de reprise a pour objet de permettre aux betteraviers de reprendre sous forme de coopérative les deux sucreries d’Eppeville et de Cagny que souhaite fermer Südzucker au premier semestre 2020 dans le cadre de sa restructuration.

Dans la foulée de cette réunion, c’est VSZ, le syndicat des betteraviers allemands du sud, et non Südzucker, qui a signé un communiqué de presse, qui cite « qu’il serait irresponsable, pour Saint Louis Sucre, de céder ces sites ». La CGB regrette que ce communiqué soit exprimé au nom des planteurs allemands. Pourtant, hier soir il a été convenu avec les représentants du groupe Südzucker d’envoyer une offre de reprise par écrit au groupe allemand. La base de travail proposée sous diverses conditions a été de 30 millions d’euros pour les deux usines. Cela viendrait en plus d’économies liées à la restructuration de plusieurs dizaines de millions d’euros pour le groupe. La proposition faite offrirait ainsi une issue positive pour les planteurs français et les actionnaires du groupe Südzucker.

Südzucker s’est dit prêt à réfléchir à cette offre et a demandé à recevoir dans les prochains jours par écrit l’offre de reprise et à y répondre sous trois semaines. La CGB l’enverra dans les prochains jours. Lors de ce rendez-vous, la CGB a démontré la viabilité de ces sites et leur rentabilité. En tant que syndicat responsable, la CGB accompagne depuis plus de 30 ans la structuration de la filière betterave sucre vers plus de compétitivité et de création de valeur. La restructuration proposée par Südzucker en France est financière et détruira de la valeur dans les territoires pour les filières françaises et européennes.

« Même si la filière sucre traverse une crise profonde, nous croyons en l’avenir de la betterave et nous sommes en capacité de maintenir ces bassins de production. Il s’agit pour nous maintenant de concrétiser ce projet et de mettre les betteraviers à la manœuvre » a déclaré Franck Sander, Président de la CGB. Présents à la conférence de presse donnée ce jeudi 16 mai par la CGB, Patrick Dechaufour, président de CGB Calvados, Sarthe et Orne a déclaré : « Le syndicat reste mobilisé et va faire le tour des planteurs et des salariés pour conforter cette offre, il y a un vrai intérêt économique à terme, pour tous, de sortir de cette crise par le haut et de trouver des accords ». Dominique Fievez, président de CGB Somme a ajouté : « c’est aux Allemands de voir maintenant dans quel type de relation ils veulent s’inscrire avec les planteurs français ».

Le ministre de l’Agriculture, le ministère de l’Économie, les élus de tous bords, les régions Hauts-de-France et Normandie pèsent depuis des semaines pour que les deux sucreries maintiennent demain leur activité avec tous les producteurs de betteraves. La CGB continuera ses actions et présentera également ce projet de reprise dès demain à l’ambassade d’Allemagne à Paris.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie
La FRSEA de Normandie a terminé ce lundi 21 septembre le renouvellement de ses instances engagé au printemps dernier.
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Publicité