Aller au contenu principal

Troupeau allaitant
Réussir la mise à l’herbe

L'herbe sur pied est certainement l'aliment le mieux adapté et le plus économique pour nourrir les bovins allaitants.

La transition entre la ration hivernale et la ration estivale doit être progressive.
La transition entre la ration hivernale et la ration estivale doit être progressive.
© DR

Au printemps, l'herbe seule permet des croissances quotidiennes de plus de 1 000 g. Cependant son exploitation requiert un véritable savoir-faire et doit être considérée comme une véritable culture. Même si des règles générales s'imposent, des adaptations en fonction des conditions climatiques de l'année sont nécessaires.

Gérer une bonne transition alimentaire
La transition entre la ration hivernale et la ration estivale doit être progressive. Il faut que la flore du rumen (panse) de vos animaux puisse s'adapter au nouveau régime alimentaire. En ration hivernale, notamment pour celle à dominante de maïs ensilage, les micro-organismes qui sont présents dans le rumen sont à dominante “amylolytique” (ration hivernale à base d'amidon). Inversement, avec les rations estivales, c'est de micro-organismes à dominante cellulolytique dont les ruminants ont besoin. Le pâturage apporte une ration riche en cellulose, sucres et azote. Une période d'adaptation à chaque changement de régime alimentaire est donc à prévoir afin que la nouvelle flore digestive s'installe dans le rumen.
La transition alimentaire se fait généralement sur une période de 2 à 5 semaines. Plus la mise à l'herbe sera précoce, plus la transition alimentaire pourra être longue et progressive.

Les principales  règles à respecter
- Transition alimentaire de 2 à 5 semaines.
- Les animaux seront d'abord sortis l'après midi lorsque leur panse est pleine.
- Une durée de pâturage de 2 à 3 heures par jour la première semaine est recommandée. Cette durée sera ensuite augmentée progressivement.
- Laisser de la paille et du foin en libre service dans les pâtures.
- Mettre à disposition des blocs de minéraux à lécher, riches en sel, magnésium, sélénium et iode.

A quelle date lâcher les animaux ?
Les premiers facteurs à prendre en compte sont la portance des sols, les aspects climatiques et la pousse de l'herbe. L'objectif prioritaire est dans tous les cas de réaliser une mise à l'herbe précoce pour ne pas se faire déborder lors de l'explosion de la pousse de l’herbe début mai.
En premier lieu, il est  conseillé de mettre dehors les animaux les moins sensibles aux conditions climatiques (génisses et bœufs de 2 ans) dès la fin mars, si les conditions climatiques le permettent. Dans le cas où la portance des sols n'est pas satisfaisante ou lors d'une pousse de l'herbe tardive, une surface importante doit être tout d'abord proposée à ces animaux. Ensuite vers le 15-20 avril, un ajustement est à entreprendre. La transition alimentaire des bovins s'étalant sur 3 semaines, la mise à l'herbe précoce des animaux leur permettra donc d'être prêt à profiter de la forte pousse du mois de mai. Progressivement, les autres animaux sortent et hors conditions exceptionnelles, tout le monde est au parc pour le 20/25 avril.

Prévenir les accidents et troubles alimentaires
- Il est primordial de tenir compte du risque de carence en magnésium, élément peu présent dans l'herbe jeune et humide. La mise à disposition de blocs à lécher riches en magnésium permet de prévenir les conséquences d'un manque en cet élément (problème locomoteur, baisse de production sont les symptômes de la tétanie d'herbage) qui peuvent aller jusqu'à la mort. Cette pathologie ne se rencontre qu’exceptionnellement chez les bovins de type viande.
- Dans les élevages touchés par la myopathie-dyspnée au lâcher ou appelé plus communément le raide des veaux, un apport de sélénium associé à de la vitamine E aura été réalisé avant la mise à l'herbe (solution injectable). Cette maladie se rencontre principalement chez les veaux et se traduit par une mort subite, une défaillance cardio-respiratoire ou un syndrome locomoteur caractérisé par une démarche raide évoluant vers un refus de se déplacer.
- Le risque d’entérotoxémie n’est pas à négliger. Cette maladie est à l’origine d’un déséquilibre de la flore microbienne dans la panse. Elle se rencontre chez les jeunes animaux. Elle se manifeste par la mort subite des animaux atteints qui intervient en moins de 24 heures. La vaccination préventive est fortement conseillée avant le lâcher des animaux.

Utiliser la technique du déprimage
Le déprimage consiste à faire pâturer tôt l’herbe avant le stade “épi à10 cm”, sur des parcelles destinées à la récolte de fourrage autrement dit, avant de couper les épis qui montent dans la gaine. L’épiaison n’est donc pas retardée avec le déprimage puisque la tige n’a pas été coupée durant la montaison. Cependant, les feuilles des graminées étant coupées par les dents de l’animal, les épis sortiront plus bas. Même si le rendement est quelque peu inférieur avec le déprimage, il peut être bénéfique pour la végétation. En effet, le tallage (densification du gazon) des graminées est favorisé et lors de la pousse suivante, les tiges sont moins hautes et plus appétentes. De plus, la proportion de feuilles augmente, ce qui rend la qualité du fourrage meilleure.

Patrick CARTOUX
Chambre d’Agriculture de l’Orne

Quelques éléments fondamentaux
Au moment du lâcher des animaux, quelques éléments primordiaux sont à prendre en compte pour réussir la saison de pâturage à venir. En effet une bonne gestion et exploitation de l’herbe doit permettre :
- de ne pas gaspiller l'herbe au début de printemps ;
- de ne pas manquer d'herbe en été ;
- de constituer des stocks suffisants pour le prochain hiver ;
- de faire l'essentiel du gain de poids avec de l'herbe pâturée (croissance des jeunes et reconstitution des réserves corporelles des adultes) ;
- de maintenir la qualité des prairies.

 

Un lâcher trop tardif aurait pour conséquence :
- un gaspillage par du piétinement ;
- des refus dans les parcs dès la mi-mai ;
- un manque d'herbe fin juin et donc un apport rapide de concentrés aux veaux, associé à des croissances moyennes.

1 000 € d’économie de frais alimentaires par semaine avec le pâturage précoce
La ferme expérimentale d’Arvalis lâche ses 60 vaches suitées dès que la portance du sol et la météo le permettent.
L’économie est de 8 tonnes de foin (75 €/t) et de 8.5 tonnes de paille (50 €/t). Ce sont autant de stocks en plus qui serviront pour l’automne et l’hiver prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Eleveur laitier à bout de souffle : il s'en est sorti et il témoigne
Marcel, 35 ans, s’est installé en Gaec en 2009, dans le bocage ornais. Entre les investissements, l’installation d’une troisième…
panneaux solaires
Soleil 14, ou le cadastre solaire pour tomber dans le bon panneau
Soleil 14 est portée par le Syndicat départemental d’énergies du Calvados et les 16 intercommunalités du département. La…
500 ch en bord de mer
Vincent Michel, ferme de la Saline dans le Calvados, a commandé avant l’été, le Fendt Vario 1050. Il est arrivé dans la cour de…
coopération laitière, négociations commerciales
La coopération laitière lance une alerte
Dans le bras de fer commercial opposant distribution et transformation qui doit trouver son épilogue avant le 1er mars 2022, la…
Littoral Normand Déleg Génisses
Déleg Génisses : un service à la hauteur des attentes et en devenir
Un peu plus d’un an après son lancement par Littoral Normand, retour bilanciel sur Déleg Génisses, un service de délégation d’…
RENCONTRE FILIERE PORCINE FRSEA NORMANDIE
La production porcine à l’heure de la loi Egalim 2
Egalim 2, fin de la castration, crise du porc… les sujets n’ont pas manqué pour animer la réunion organisée par la FRSEA de…
Publicité