Aller au contenu principal

Désherbage du maïs
Réussir son binage

Les techniques de désherbage mixte sont une alternative au tout chimique. L'utilisation de bineuse ou de désherbineuse permet de réduire sensiblement l'utilisation des herbicides. La combinaison traitement chimique puis binage permet d'avoir une efficacité et une sélectivité proche du tout chimique en situation de salissement modéré. Pour optimiser l'efficacité du binage, il est important de réunir un certain nombre de facteurs de réussite.

L'élimination des mauvaises herbes doit se faire de manière générale le plus rapidement possible afin de préserver le potentiel de la parcelle en éliminant au plus vite la concurrence. L'objectif est d'avoir un maïs propre avant le stade 6 feuilles et maintenu propre jusqu'au stade 11 feuilles. C'est en effet durant cette période que le maïs est le plus sensible. Au-delà de 11-12 feuilles, les levées de mauvaises herbes seront soit étouffées ou n'aboutiront qu'à un développement faible et non concurrentiel pour le maïs qui recouvre alors le rang.
A partir du stade 5 feuilles jusqu'au stade 9 feuilles du maïs, on peut utiliser la bineuse.
Ceci peut se faire :
- en rattrapage pour le désherbage à l suite d'un premier passage en chimique, en plein ;
- sur le rang avec une désherbineuse ;
- ou dans un itinéraire tout mécanique suite aux passages d'étrille ou de houe rotative.
Elle permet de contrôler dans l'entre rang des adventices même “difficiles” ou un peu développées, seules certaines vivaces peuvent poser problème, la bineuse pouvant avoir un effet de multiplication (exemple du liseron). Cet outil permet également d'ameublir la surface du sol et de créer un stock de terre fine qui sera projetée au pied du maïs par buttage pour étouffer les mauvaises herbes. Plusieurs binages peuvent être nécessaires, il est donc important de surveiller régulièrement le salissement des parcelles.
Intervenir sur des adventices peu développés est important afin que la culture ait toujours un temps d'avance sur ces dernières. Réunir un certain nombre de conditions de réussite permet également d'optimiser son binage.
Les bineuses sont des matériels de désherbage spécifiquement adaptés aux cultures semées en ligne. Le semis se doit donc d'être le plus rectiligne possible à écartement régulier et effectué à nombre égal de rangs que celui de la bineuse.
Afin de réduire les difficultés de passage de la bineuse et les pertes de pieds de maïs après la levée par projection, il est nécessaire de disposer d'un sol sans gros résidus de cultures ni gros cailloux ou grosses mottes. Un sol nivelé suffisamment affiné permet la réalisation d'un binage homogène et s'il s'émiette facilement, il permet le buttage du rang lors du dernier passage de bineuse.


Lors de chaque passage, il est essentiel de vérifier l'aplomb de la bineuse et d'adapter les réglages en fonction du stade de la culture. Il est important de respecter l'enracinement du maïs en conservant une distance suffisante entre le rang et le soc de la bineuse (voir tableau 1). Pour un passage à un stade “jeune” du maïs, il est préférable de limiter sa vitesse d'avancement à 6-7 km/h. Pour les passages plus tardifs, une vitesse de 10 km/h est envisageable, elle permet d'ailleurs après avoir relevé les disques protège-plants le buttage du rang. Les bineuses autopilotées améliorent l'efficacité du désherbage car elles peuvent travailler à vitesse allant de 12 à 15 km/h, plus près du rang sans crainte de toucher au maïs et le buttage avec ces machines est plus efficace du fait de la vitesse d'avancement plus élevée.
La profondeur du binage est également un facteur jouant sur l'efficacité du désherbage : il peut se faire sur 3 à 6 cm de profondeur sachant qu'un binage trop profond peut favoriser la relevée de mauvaises herbes.

Enfin le choix du moment de l'intervention est également essentiel. Dans notre département, les fenêtres météorologiques peuvent être restreintes, cependant il est important d'intervenir sur un sol ressuyé avec un temps sec après le passage de l'outil. Ainsi l'effet de dessèchement des adventices est plus important, l'idéal étant d'intervenir aux heures les plus chaudes de la journée. De plus, la reprise des adventices déracinées en absence d'humidité est aussi limitée.

Au-delà d'intervenir dans les meilleures conditions, il faut aussi se donner le temps d'apprécier le travail effectué en s'arrêtant pour observer l'efficacité du désherbage. Sans oublier qu'au-delà d'être un outil de désherbage, la bineuse peut également être utilisée pour écroûter, favoriser la circulation de la chaleur et de l'eau dans le sol et permettre si elle est équipée un semis de ray grass sous couvert au dernier passage pour assurer une couverture des sols efficace suite à la récolte.
Nathalie DILLY
Chambre d'Agriculture de la Manche
lchegard@manche.chambagri.fr
ndilly@manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Après l’incendie en plaine de Caen, le fatalisme et les semis
Mardi 19 juillet 2022, un incendie a ravagé 230 ha dans la plaine de Caen. Geoffroy de Lesquen a perdu une parcelle de blé sur…
Publicité