Aller au contenu principal

Réglementation
Rincer efficacement votre pulvérisateur

Depuis septembre 2006, la réglementation concernant la gestion des effluents phytosanitaires, autorise 2 procédures de rinçage.

Depuis septembre 2006, la réglementation concernant la gestion des effluents phytosanitaires, autorise 2 procédures de rinçage :
- le rinçage du pulvérisateur au champ, avec pulvérisation sur la parcelle traitée ;
- le rinçage sur une aire de lavage, avec récupération et traitement des effluents.
En zone d’élevage, le rinçage au champ est le moins onéreux, mais il est plus contraignant. Il est nécessaire d’être rigoureux et d’y passer un peu de temps. En général, il faut disposer de l’équivalent de 10 % de la capacité du pulvérisateur en eau claire (soit 100 litres pour un pulvérisateur de 1 000 litres). Celle ci peut être amenée au champ grâce à une cuve de rinçage montée sur le pulvérisateur (c’est le plus pratique), ou à l’aide de bidons ou d’une cuve annexe.

Procédure
- Calculer précisément votre quantité de bouillie pour avoir un fond de cuve le plus faible possible en fin de traitement, et pour éviter que la dose totale appliquée ne dépasse pas la dose maximale autorisée. Le rinçage est mis en œuvre quand la pompe se désamorce.
- Première dilution : ajouter un volume d’eau claire d’au moins 5 fois le volume du fond de cuve (Renseignez vous auprès de votre revendeur. Pour un volume résiduel de 7 l, il faut ajouter au minimum 5 x 7, soit 35 litres). Faire circuler dans les différents circuits (voir manuel d’utilisation), puis épandre sur la parcelle.
- 2e dilution : ajouter la moitié de l’eau claire restante (environ 32 litres, pour 100 litres au départ) et recommencer l’opération circulation/pulvérisation.
- 3e dilution : mettre l’eau restante (environ 32 litres) et terminer le rinçage. Normalement, cette procédure (3 dilutions) permet de diviser la concentration en substance active par 100 par rapport au fond de cuve initial. Cette dernière dilution déconcentrée peut être vidée par l’orifice de vidange(1) ou bien conservée pour une application ultérieure.
Attention, 2 dilutions sont souvent insuffisantes, mais dans certains cas, 4 peuvent être nécessaires, en particulier avec des pulvérisateurs traînés ayant un fond de cuve important. Pour vérifier si le niveau de dilution est suffisant, Arvalis propose un outil de calcul sur son site : www.arvalisinstitutduvegetal.fr
(1) : la vidange doit être réalisée à au moins 50 m des points d’eau ou 100 m dans certains cas : lieux de baignade, piscicultures et zones conchylicoles, point de captage d’eau destinée à la consommation.
Christian SAVARY
Chambre d'agriculture de la Manche

csavary@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
308 millions d’euros pour compenser la hausse du prix des aliments
Dans le cadre du plan de résilience annoncé en mars 2022, le gouvernement a affecté une enveloppe de 308,5 millions d’euros…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Publicité