Aller au contenu principal

RIP : le droit à l’erreur ne tue pas

Une soixantaine de représentants de la FDSEA, des chasseurs et des forestiers du Calvados ont enterré symboliquement la ruralité sur le parvis de la permanence du député Bouyx, le 8 octobre dernier à Bayeux (14). Ils invitent l’élu du Bessin à revoir sa copie en retirant sa signature du RIP (référendum d’initiative partagée) sur la condition animale.

RIP BAYEUX
« Monsieur Bouyx, qui est quand même député d’une circonscription rurale, se tire une balle dans le pied. Il est censé nous représenter et non pas faire le jeu des salons parisiens. Nous lui demandons de retirer sa signature du RIP, » appelle de ses vœux Xavier Hay, secrétaire général de la FDSEA.
© DR

Sur la plaque rutilante de la permanence du député Bertrand Bouyx, allée de l’Orangerie à Bayeux, il est clairement indiqué : « permanence ouverte au public du mardi au vendredi de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h ». Et du public, en ce jeudi 8 octobre vers 11 h 30, il y en avait et venu des 4 coins du département. Un public qui espérait un moment d’échanges avec l’élu de la République sur un sujet qui fâche : le RIP versus condition animale qu’a paraphé le député du Bessin. Mais ni Bertrand Bouyx ni son attaché parlementaire n’étaient visiblement présents au grand damne de Xavier Hay (secrétaire général de la Fdsea), Jean-Christophe Aloé (président de la Fédération des Chasseurs) et Jean-François Jacquet (président du syndicat des fôrets privées Calvados-Manche).

Redescendre sur le terrain

« La Fdsea du Calvados s’associe pleinement aux chasseurs et aux forestiers pour condamner le RIP. Au-delà du fond, nous dénonçons la méthode qui consiste à jeter en pâture la ruralité et les acteurs du monde rural qui sont présents sur le terrain, a décoché en guise de première flèche Xavier Hay. Ce n’est pas dans les salons parisiens qu’on travaille un sujet comme celui-là. Nous exigeons un véritable travail d’enquête parlementaire sur le sujet et que les efforts réalisés par la profession depuis plusieurs années soit reconnus ».
Et d’enchaîner : « Monsieur Bouyx, qui est quand même député d’une circonscription rurale, se tire une balle dans le pied. Il est censé nous représenter et non pas faire le jeu des salons parisiens. Nous lui demandons de retirer sa signature du RIP ».

Vers une mobilisation de plus grande ampleur ?

La seconde banderille a été portée par les chasseurs. « Monsieur Bouyx, nous trouvons votre attitude déplorable. Pourquoi ? Parce nous sommes apolitique et collectif (...). Chacun a le droit d’exprimer sa position, qu’elle nous plaise ou pas, mais quand vous nous dites que vous êtes d’accord avec nous et que vous signez quand même le RIP, vous montrez le peu de conviction que vous apportez au débat et le peu d’intérêt que vous portez à la circonscription à la tête de laquelle vous avez été élu, s’est emporté Jean-Christophe Aloé. C’est un véritable scandale. Nous sommes aujourd’hui à minima, et c’est volontaire, mais s’il faut être plus nombreux demain pour nous faire entendre, notamment au niveau national, nous saurons répondre à l’appel ».
Et enfin l’estocade portée par Jean-François Jacquet. « Vous êtes le seul parlementaire du Calvados et de la Manche à soutenir l’enclenchement d’une procédure antiparlementaire puisqu’il s’agit justement de court-circuiter les débats. Nous vous demandons de retirer votre signature du RIP comme l’ont fait certains de vos collègues et de défendre la ruralité, ce pour quoi vous avez été élu  », exigent les forestiers privés.
Prochaine visite : Fabrice Le Vigoureux, député LRM de Caen ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité