Aller au contenu principal

Au Gaec des Montagnettes à Rauville-la-Bigot
Robots et pâturage font bon ménage pour 140 Normandes dans la Manche

Depuis près d’un an, le Gaec de la Montagnette de Rauville-la-Bigot, piloté par Stéphane et Frédéric Revel, est passé à la traite robotisée. Les 150 vaches de race Normande ont pris leurs marques et améliorent déjà leur production en quelques mois. Un investissement assumé par les éleveurs qui ont préconisé leur bien-être et celui de leurs animaux. 

En novembre dernier, une porte ouverte a été organisée par DeLaval Carentan, dirigée par Pierre-Olivier Leroux, chez Frédéric et Stéphane Revel à Rauville-la-Bigot.
© Sandrine Bossière

En s’installant en 1990 pour Stéphane, et en 2000 pour Frederic Revel, les deux frères n’auraient jamais pensé installer des robots de traite au sein de leur exploitation.
C’est pourtant le cas depuis près d’un an. Trois robots DeLaval VMS V300 de dernière génération sont arrivés dans les murs de l’exploitation en février 2023, dans les bâtiments existants. « Nous étions dans une salle de traite 2 × 10, traite arrière, simple équipement », explique Frederic. Une installation prévue pour 80 vaches laitières. Au fil des années, l’élevage s’est développé. Et ce sont 140 vaches laitières qui sont traites quotidiennement, 100 % Normande. « Il fallait compter jusqu’à cinq heures de traite par jour. Ce qui était trop important sans exclure le mal aux épaules », précise Stéphane. Alors, « il fallait prendre une décision », se souvient l’un des deux frères. Et même si deux ans avant d’acheter ces robots, « nous étions contre comme nous étions peu favorables aux logettes il y a 20 ans, nous avons changé d’avis après avoir visité différents systèmes », explique-t-il.

Valoriser le pâturage

Sur les premiers mois d’utilisation des robots, à la fois les conditions de travail se sont améliorées pour les éleveurs et la production laitière a évolué de 70 à 80 000 litres de lait supplémentaires. La mise en route n’a pas été « très compliquée mais plutôt particulière » à gérer le passage des vaches dans les robots. Grâce aux multiples données sur l’écran, les éleveurs ont l’oeil sur ce qui se passe.
Les frères Revel ont choisi cette marque de robot parce qu’elle est adossée à des portes de tri facilitant l’accès au pâturage. « Nous avons préféré mettre une stalle de plus et valoriser la pâture parce que nous avons 17 ha derrière la stabulation. Et après que le boviduc soit réalisé, ce sont 8 ha qui se trouvent de l’autre côté de la route, qui pourront être accessibles au pâturage », note Stéphane Revel. Jour et nuit, les vaches changent donc de paddock. Ce qui les motive à bouger.

Conserver de bons taux

Au bout d’un an, les éleveurs se disent satisfaits de leur investissement. Ils pensent d’ailleurs augmenter le cheptel d’une vingtaine de vaches pour pouvoir commercialiser autour de 1,3 million de litres de lait aux Maitres Laitiers du Cotentin, tout en préservant, de très bons taux, de l’ordre de 43,7 en TB et 37,5 en TP et une moyenne de production par vache de 8 200 kg de lait.

Le Gaec de la Montagnette a l’habitude de participer aux concours d’animaux (comice, arrondissement…). Il continuera à le faire et à participer ainsi à la promotion de la race Normande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
Publicité