Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

SAFER Basse-Normandie et Vigisol : un travail de fourmis sur la terre normande

Vigisol a officiellement terminé la première tranche de son travail. L’association, en lien avec la Safer de Basse-Normandie, analyse la qualité des sols. Une première carte à l’échelle 1/250 000e est achevée.

Ségolène Goualle (DRAAF), Stéphane Rousseau (pédologue), Stéphane Hamon (directeur de la Safer de Basse-Normandie), Patrick le Gouée (vice-président de Vigisol) et Florent Guérin (pédologue) lors de la remise de diplôme du ministère de l’Agriculture. Leur travail sur l’étude des sols normand est ainsi validé.  (DR)
Ségolène Goualle (DRAAF), Stéphane Rousseau (pédologue), Stéphane Hamon (directeur de la Safer de Basse-Normandie), Patrick le Gouée (vice-président de Vigisol) et Florent Guérin (pédologue) lors de la remise de diplôme du ministère de l’Agriculture. Leur travail sur l’étude des sols normand est ainsi validé.  (DR)
© SAFER

Les 27, 28 et 29 avril, Caen a accueilli le séminaire national du programme “Inventaire, Gestion et Conservation des Sols” (IGCS). C’est dans ce cadre que le travail, mené par Vigisol, a été officiellement validé. Le représentant du ministère de l’Agriculture a remis des diplômes. Ces derniers valident les données recueillies. Le projet permet d’évaluer la qualité des sols à travers des critères comme l’épaisseur, les pentes, l’exposition ou le caractère hydromorphe.  “Cette validation officielle confirme que nos travaux respectent le cahier des charges imposé par l’INRA et le ministère de l’Agriculture. Ces données ont été vérifiées par des experts. Des études similaires ont été ou sont réalisées sur l’ensemble du territoire français. Nous avons répondu à une demande de l’Etat”, explique Guillaume Jouan, chef de service “Etudes et collectivités” de la Safer .

L’étude sera rendue publique
La réalisation de cette carte a nécessité 4 années de travail. En plus de Patrick le Gouée, chercheur et référent du programme Vigisol, deux autres personnes ont œuvré sur le projet. Ils ont ainsi réalisé 1000 sondages par département. Soit un total de 3000 trous à la tarière.
Reste à communiquer les résultats. Désormais certifiées, ces données pourront être largement diffusées. L’agence de l’eau, les services de l’État ou les collectivités locales et territoriales semblent des utilisateurs potentiels. “Il est également possible que nous nous inspirions la Bretagne. Cette région dispose d’un site internet (www.sols-de-bretagne.fr)”, indique Guillaume Jouan.

Un travail plus précis encore en cours
Mais, cette étude des sols ne sent pas la fin et justifie d’autres moyens... Vigisol s’active sur un second programme. Celui-ci devrait s’achever en 2018 et se veut encore plus précis. La carte sera donc élaborée à l’échelle 1/50 000e. Ce travail de fourmis impose 10 000 prélèvements par département. Une fois compilées, ces données pourraient notamment faciliter certains arbitrages  lors de la constitution de PLU dans les communes de la région.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité