Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Enseignement
Saint-Lô/Thère fait peau neuve

Divisé en deux pôles ce lycée agricole vient de remettre à niveau ses ateliers laitier et porcin, inauguré aujourd’hui jeudi par Laurent Beauvais, président du Conseil régional.

© EC

Depuis 2013, le Conseil régional de Basse-Normandie a mis en œuvre la rénovation des bâtiments de l’exploitation agricole de l’EPLEFPA de Saint-Lô/ Thère, dans le cadre d’une démarche de développement durable. Une priorité, mettre en avant une agriculture respectueuse de son environnement. Les travaux de rénovation viennent de s’achever. Ils sont inaugurés, aujourd’hui jeudi, par Laurent Beauvais.

Qualité environnementale
Les objectifs de cette rénovation sont à la fois de mettre des ateliers lait et porc démonstratifs aux niveaux technique et économique avec la création d’un atelier naisseurs-engraisseurs de 120 truies-mères et la rénovation de l’atelier laitier existant. Deuxième optique, développer un outil pédagogique à destination des jeunes en formation initiale, des professionnels dans le cadre de la formation continue et plus généralement du grand public désireux de découvrir ces productions (avec la mise en place d’un circuit de visite extérieur au bâtiment porcherie). Le projet comprend aussi la réhabilitation et la reconstruction de l’atelier porcin et la rationalisation de l’atelier bovin, avec une particularité : une plate-forme de compostage. L’ensemble intègre les dimensions du développement durable ; l’accent a particulièrement été mis sur la
qualité environnementale. “Les matériaux employés, les énergies choisies, l’utilisation de l’eau ont été au cœur des débats”.
Porcherie au top
Au niveau de la porcherie, les choix réalisés ont été de notamment de mettre en place un laveur-échangeur d’air, qui permet de recycler l’air et donc d’économiser l’énergie nécessaire au chauffage de l’air extérieur et de limiter les nuisances liées aux odeurs. “Nous récupérons aussi les eaux de pluie pour le lavage des salles et avons choisi un troupeau à haut statut sanitaire permettant de supprimer l’utilisation des antibiotiques, de diminuer les rejets et d’avoir des performances plus élevées”.
Le troupeau est alimenté avec des aliments sans OGM. Le choix technique d’engraisser les porcs sur paille a été réalisé en cohérence avec l’élevage bovin afin de permettre un compostage et une valorisation de l’ensemble des déjections animales produites sur l’exploitation. L’agrandissement de la stabulation bovine et sa mécanisation par l’installation d’un racleur a permis de mieux répondre aux normes de bien-être animal et de limiter la charge de travail au niveau des salariés. Enfin, le choix d’un circuit de production au sein de la coopérative CAP50 permettra de valoriser également un outil d’abattage local et la filière de transformation régionale.
Portes ouvertes
Dans la foulée, l’établissement organise samedi 8 février ses portes ouvertes “Formations supérieures”. Sur le site du Hommet d’Arthenay, les enseignants, le personnel de l’établissement et les étudiants seront présents afin de renseigner les futurs étudiants et apprentis sur les formations supérieures agricoles et para-agricoles. Les visiteurs découvriront le site principal de l’établissement (salles de cours, laboratoire multimédia et espace informatique, self, CDI CDR, laboratoires de biologie et de physique-chimie, foyer des élèves, etc.) ainsi que l’exploitation agricole.
Sur le site de Saint-Lô, consacré à l’agroalimentaire, le public visitera les locaux (salles de cours, ateliers de fabrication de produits laitiers comme de produits alimentaires, laboratoires de biochimie et de microbiologie, salles de génie industriel et automation), les futurs apprentis pourront se renseigner sur les contrat d’apprentissage de ce secteur. Des animations seront également proposées sur ce site : vente de produits fabriqués par les apprenants (yaourts, fromage, fromage blanc, brioche, pain, etc.), démonstrations d’analyses laboratoire, visite guidée des ateliers de fabrication, présentation des métiers de l’industrie agroalimentaire, fabrication de pain et de brioche, etc.
Deux rénovations pour la rentrée 2014, celle du Bac technologique STAV et du BTA ACSE. Quant à la classe de seconde professionnelle ABIL (Alimentation, Bio-industries, Laboratoire), accessibles aux élèves de troisième, elle se prolonge par le Bac BIT en apprentissage.

ec

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité