Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Mise à l'herbe
Saison de pâturage : top départ !

Après la forte pluviométrie de ces derniers mois, la mise à l’herbe tarde à se faire. Pourtant, des outils sont d’ores et déjà à disposition des agriculteurs pour une saison de pâturage sans encombre.

© TG

Dans le cadre du projet européen Super G, la prairie est mise à l’honneur et plusieurs essais s’organisent. Un Observatoire de la Croissance de l’Herbe a démarré, des essais fourragers sur les adaptations possibles pour faire face aux changements climatiques sont en cours et des tests d’outils innovants pour mesurer le temps de séjour des vaches au pâturage sont proposés. Explications détaillées.

Une croissance de l’herbe mesurée de manière hebdomadaire
Le réseau « Observatoire de la Croissance de l’Herbe », en place sur l’ensemble de la Normandie depuis 2017,  propose aux agriculteurs des relevés hebdomadaires de croissances d’herbe avec des tendances locales, ainsi que des conseils pour adapter la conduite du pâturage et pour valoriser au mieux les surfaces fourragères.
Plusieurs organismes sont partenaires pour réaliser les mesures : les lycées agricoles, l’Inra du Pin, Elvup, Littoral Normand, la ferme expérimentale de la Blanche Maison et la Chambre régionale d’agriculture de Normandie.
Une communication est faite dans votre journal chaque semaine au printemps et à l’automne ou en version numérique via la newsletter sur le site des Chambres d’agriculture de Normandie.

Un nouveau programme d’expérimentation fourragère déployé en Normandie
Les changements climatiques imposent désormais une adaptation dans les choix variétaux, les dates de semis et les itinéraires techniques. Dans ce sens, la Chambre régionale d’agriculture de Normandie met en place dès 2020, jusqu’en 2023, un nouveau programme d’expérimentation fourrages. Des essais sur des cultures annuelles, mais aussi sur des cultures pluriannuelles comme les prairies adaptées aux changements climatiques, sont menés.

7 plateformes dédiées
Trois plateformes dans l’Eure, le Nord Cotentin et le Sud de l’Orne évalueront des variétés de sorgho en associations ou en pure, ainsi que des nouvelles cultures comme le tournesol, le chanvre fourrager, le sarrasin ou encore le lupin… La gradation des densités de semis, ainsi que l’application ou non de produits phytosanitaires, feront partis des modalités. L’objectif est de trouver non pas le mélange parfait, mais le plus adapté à ces conditions pédoclimatiques, et accessible pour assurer son stock fourrager.
Quatre plateformes seront destinées à l’évaluation de mélanges prairiaux, en Seine-Maritime, dans le Calvados et dans la Manche. Une dizaine de mélanges en fauche, mais aussi en simulant le pâturage, seront testés avec différentes proportions de légumineuses facilement transposables en exploitation.
Au total 7 plateformes fourragères se répartiront sur la région Normandie pour évaluer les mélanges et les variétés les plus adaptées à la sécheresse et assurer un rendement et une qualité suffisante, en particulier en période estivale. Les plateformes seront en conditions d’élevage et les premières visites et démonstrations pourront se faire très prochainement en fonction de l’implantation au printemps ou à l’automne.

De nouveaux outils en test
Face aux attentes des consommateurs, de nombreux industriels communiquent désormais sur le temps passé par les vaches au pâturage. En Normandie, 3 fermes normandes vont tester l’outil Chronopature de l’entreprise Adventiel.
Le but : comptabiliser ce temps, grâce à un capteur GPS. Ce dernier, intégré au collier de 2 vaches du troupeau, permet d’enregistrer automatiquement la période de pâturage et de suivre les objectifs du cahier des charges.
L’application mobile et PC permet d’évaluer l’activité de son troupeau en traçant son parcellaire au préalable et de partager ses données automatiquement avec sa laiterie ou un organisme certificateur.
Pédagogique, cet outil, en test en Normandie pour toute la saison, peut aussi servir à programmer des alertes et suivre l’éligibilité d’un label de qualité.   

Projets financés dans le cadre du projet européen SUPER-G

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité