Aller au contenu principal
Font Size

Salon aux champs : une édition 2017 innovante !

Le salon national des CUMA fêtera ses vingt ans les 30 et 31 août prochains à Saint-Pierre-des-Ifs (14). Pour cette édition spéciale, le mot d’ordre de l’événement est l’innovation. Dans ce contexte de crise agricole qui a marqué les esprits, l’objectif est de rassurer les exploitants agricoles et leur redonner confiance quant à l’avenir de la profession.

Jean SANTERRE - Directeur Technique - Chambre d'Agriculture de Normandie. Pierre-Yves ROBIDOU - Élu Chambre d'Agriculture du Calvados - Élu Chambre d'Agriculture de Normandie. Gilles PICARD - Directeur - Salon aux champs. Luc VERMEULEN - Président - FNcuma. Vincent LEMONNIER - Président délégués du Littoral Normand. James LOUVET - Responsable pôle Fourrages Animaux Salon (administrateur des cuma Basse Normandie). Christophe GRANDIERE - Trésorier salon (responsable pôle Agronomie). ...
Jean SANTERRE - Directeur Technique - Chambre d'Agriculture de Normandie. Pierre-Yves ROBIDOU - Élu Chambre d'Agriculture du Calvados - Élu Chambre d'Agriculture de Normandie. Gilles PICARD - Directeur - Salon aux champs. Luc VERMEULEN - Président - FNcuma. Vincent LEMONNIER - Président délégués du Littoral Normand. James LOUVET - Responsable pôle Fourrages Animaux Salon (administrateur des cuma Basse Normandie). Christophe GRANDIERE - Trésorier salon (responsable pôle Agronomie). Annie GACHELIN
© ED

C'est l'un des événements majeurs de la rentrée pour le monde agricole. Organisé par le réseau des CUMA de l'Ouest, le « Salon aux Champs », implanté sur 30 hectares et accueillant 190 exposants, est destiné aux professionnels du monde agricole français. L'objectif de cet événement est d'inciter les visiteurs à échanger ensemble, avec les experts présents.  «  Le collectif fait émerger les actualités des technologies et des organisations innovantes. Nous devons anticiper la réflexion pour ne pas subir l'environnement », assure Annie Gachelin, présidente du salon. Pour cette édition spéciale, le mot d'ordre est l'innovation. «  Le salon est constitué de quatre pôles principaux. Chacun d'eux, inclura l'innovation au centre de leurs ateliers techniques, leurs démonstrations ainsi qu'à travers des témoignages d'agriculteurs présents », reprend la présidente.

Le successeur du « Salon des Fourrages »
Jusqu'en 1980, cet événement s'appelaient le «  Salon des Fourrages ». Si sa dénomination a changé, le salon a conservé une partie consacré aux fourrages et aux animaux. Ce pôle va concentrer des démonstrations et des messages techniques autour de trois cultures principales : le maïs avec une parcelle de
3 hectares, les betteraves avec 0,5 hectare et un peu plus de 3,5 hectares de luzerne. Les autres légumineuses fourragères seront également présentées avec les partenaires du salon. Il mettra en avant les innovations du moment en matière de récolte du maïs de distribution de la ration avec des automotrices, ainsi que sur la récolte de la luzerne.
« Le salon doit permettre aux groupes d'accéder à l'innovation en la vulgarisant. Même si les perspectives sont rassurantes, les esprits restent très marqués par la crise agricole qui
s'abat sur la profession depuis fin 2015. Acheter du matériel innovant en CUMA rassure les agriculteurs qui diluent les risques et diminue le coût de mécanisation », explique James Louvet, responsable du pôle fourrages et animaux du Salon.

Agronomie et agriculture de précision
L'atelier montrera des exemples concrets, au travers du guidage et de la gestion automatisée des matériels attelés. Une partie dynamique présentera un ensemble tracteur avec outils avant et arrière fonctionnant en auto-guidage avec l'utilisation des automatismes de bout de champ. La démonstration mettra en valeur la précision du travail réalisé et l'aide à la conduite qui est un soulagement pour le chauffeur. Le pôle traitera également de la modulation intra parcellaire de la fertilisation. Différents systèmes seront présentés : satellite, drone, capteur.  « Les visiteurs présents pourront découvrir ces techniques à travers des panneaux explicatifs, mais aussi grâce à la prise de parole d'experts ainsi qu'aux témoignages d'agriculteurs. Les exploitants agricoles auront alors des éléments d'informations
et des réponses pour ces nouveaux équipements » assure Christophe Grandière trésorier du salon et responsable du pôle agronomie.
Cette manifestation qui rassemble en moyenne 15000 visiteurs en deux jours est une réelle chance pour le Calvados, département d'accueil. « Ce salon doit devenir le salon du
« Champ des possibles ». C'est l'occasion de mettre un coup de projecteur national, au-delà de l'agriculture, sur notre magnifique territoire du pays d'Auge, au cœur géographique de la Normandie », conclut Annie Gachelin.

Un salon national en Normandie
« Le Salon aux Champs » se déroule tous les deux ans. C’est un événement itinérant qui alterne entre trois régions : la Bretagne, les Pays de Loire et la Normandie. Cette année, il a posé ses valises à Saint-Pierre-des-Ifs (14) pour le plus grand bonheur des agriculteurs locaux. « Nous avons déposé notre candidature et elle a été retenue. C’est une grande fierté pour nous d’accueillir cette manifestation. Un coup de projecteur va être donné sur le département. Nous espérons qu’il y’aura un fort engouement pour cette vingtième édition », confie Arnaud Grière, président de la CUMA des Vallons-du-Douet. Cet accueil nécessite de la préparation en amont.
« Nous avons rassemblé un maximum de bénévoles afin de préparer les sols pour accueillir l’événement. Les CUMA locales ont effectué des semis et nous les entretenons pour les présenter lors du salon », affirme Didier Morin, président de la CUMA de Castillon-en-Auge.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité