Aller au contenu principal

Rencontre avec Jean-Christophe Moraud, préfet de l'Orne
Sangliers : la vigilance reste de mise à Gouffern et Longny

Sangliers, arrêté phyto, et situation économique des industries agro-alimentaires. Jeudi 12 septembre, à l'occasion d'un point presse, le préfet de l'Orne a répondu aux questions de l'Agriculteur Normand.

© AD

Sangliers ! La lutte continue
Il y a eu de gros efforts de prélèvement. En 2012/2013, 3 400 sangliers ont ainsi été abattus, contre 2 600 en 2011/2012. La pression de chasse a été particulièrement importante, dans les secteurs problématiques de l'Est du département. Après un travail très fin d'évaluation des populations, nous avons décidé de retirer le sanglier des espèces classées nuisibles, dans le massif de Saint-Evroult. Le sanglier reste classé nuisible dans les massifs de Longny et Gouffern, où les concentrations restent élevées. Nous y avons procédé à une ouverture anticipée de la chasse. La lutte contre le sanglier est avant tout une mesure de sécurité routière, mais je constate aussi que les indemnisations des dégâts occasionnés aux agriculteurs, ont atteint un montant très élevé en 2012/2013, avec 300 000 EUR de dommages attribués aux sangliers. Les mesures de l'an passé ont porté leurs fruits, mais si je constate que la pression de chasse se relâche, je n'hésiterai pas à procéder à des battues administratives, y compris en période de chasse.

Un arrêté phyto "un peu durci"
Comme 37 départements français, l'Orne a décidé d'appliquer un arrêté phyto, "un peu durci". C'est le sens de l'histoire, et cela répond à un problème ornais et à une cohérence de bassin. L'arrêté s'applique à tous les utilisateurs de produits phytosanitaires, particuliers, agriculteurs, collectivités et entrepreneurs. Autour des zones non traitées (ZNT) définies dans l'arrêté de 2011, nous allons privillégier la phase pédagogique, avec une phase répressive uniquement en situation d'excès. Concernant les ZNT de 2006, nous sommes dans une phase de contrôle de terrain et de répression.

Economie : redressement en vue
Nous constatons un redressement de l'économie ornaise, depuis le début de l'été, avec une reprise plus marquée que dans le reste de la France. En juillet-août, nous avons constaté une baisse de 2,5 % du nombre de chômeurs. Les entreprises reconstituent des stocks, on le voit sur le rythme des encaissements et décaissements de la TVA. Je crois que le tissu économique ornais est divers et que cela lui permet de mieux résister au contexte actuel.

Abattoirs, l'avenir appartient au secteur privé
Errosion des tonnages, baisse de la consommation, ...  Dans le grand-Ouest, les abattoirs doivent faire face à un contexte difficile, surtout parce qu'ils sont en surcapacité, avec des frais-fixes qu'il leur est difficile de diluer dans les volumes. Il y a trop d'outils, c'est aussi de là que provient leur déficit de compétitivité. Les acteurs privés sont bien incapables de se mettre d'accord pour parvenir à fonctionner à 100 %. S'ils l'avaient fait, nous n'en serions pas arrivé au cas des abattoirs GAD, cet été, dans le Finistère. Dans l'Orne, nous avons  deux gros abattoirs bovins, l'un à Gacé, (Socopa), l'autre à Alençon (SELVI). Comme pour les autres abattoirs, le contexte ne leur est actuellement pas favorable, mais c'est plutôt dans la Manche, pour la filière porcine, que le secteur a rencontré de vraies difficultés. Nous avons aussi SNV, le 4e abattoir français de volaille, basé à  La Chapelle-d'Andaine. Je ne lui connaît pas de difficulté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité