Aller au contenu principal

Sanitaire : le département du Calvados affirme son soutien aux éleveurs

Les élus départementaux gardent le contact avec le GDS. Hubert Courseaux et Cédric Nouvelot, en charge de l’agriculture, ont visité deux fermes et une clinique vétérinaire. Malgré la réforme territoriale, le Calvados maintient son soutien aux agriculteurs. Il prend notamment la forme d’une aide accrue à la politique sanitaire du GDS.

© VM

llll « Je suis là pour bien cerner vos problématiques ». Hubert Courseaux, premier vice-président du département, veut connaître les besoins des éleveurs. Pour dégager des enveloppes budgétaires, l’élu doit justifier de l’utilisation de l’argent public. Le Groupement de Défense Sanitaire du Calvados a donc organisé la visite de deux fermes.
Le choix du parcours ne s’avère pas anodin. La première halte s’effectue à Brémoy, chez Alain Legentil. Le président du GDS témoigne de l’importance des prises de sang avant la vente d’animaux. « La meilleure sécurité est de faire en sorte de n’introduire que des animaux négatifs. Tous les éleveurs ont intérêt à la faire. Mais pour certains, le coût des analyses est parfois un frein ». IBR et BVD sont concernés. Pour la seconde, « tous les producteurs sont pressés de l’éradiquer. Et quand le Conseil départemental soutient le GDS, il aide tous les éleveurs » dixit Alain Legentil. L’enveloppe de 435 000 € représente un euro de cotisation par bovin. 

Bio et conventionnel : un même intérêt pour le sanitaire
Cet intérêt pour le sanitaire est partagé par la famille Sidler. Lors de la deuxième étape, ces producteurs de lait bio ont accueilli Cédric Nouvelot et Hubert Courseaux. Anton et Karin Sidler sont associés avec leur fils Peter. Cette ferme familiale produit ainsi 520 000 litres et bientôt 800 000 litres de lait. Ici, l’adhésion au GDS est perçue comme une assurance. « Nous faisons de la prévention afin de limiter les problèmes. En cas de gros problèmes, nous pouvons compter sur le GDS », indique Karine Sidler. Avec la réforme territoriale, Alain Legentil concède avoir eu des craintes sur le maintien de l’aide du département.

Le GDS conforté par le département
« Nous sommes aujourd’hui rassurés. Avec Cédric Nouvelot et Hubert Courseaux nous avons des interlocuteurs de proximité. C’est plus simple dans notre travail quotidien. Nous avons besoin d’eux dans le contexte économique agricole. Ils soutiennent nos plans BVD et IBR et permettent une lutte collective. Les premiers résultats sont encourageants. Pour le BVD, nous aurons de moins en moins de contaminations de transport. Les analyses obligatoires l’IBR vont bénéficier au BVD », explique le président du GDS.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité