Aller au contenu principal

L'informatique au service de l'agriculture
Sans formation, pas de salut possible

L’ordinateur a désormais envahi notre quotidien. Cédric Skrzyniarsz, formateur à la Chambre d’Agriculture, propose toute une palette de services du débutant au confirmé.

Cédric Skrzyniarsz, formateur et informaticien à la Chambre d’Agriculture, “Pour maîtriser son matériel et ne pas perdre de temps, se former est indispensable”.
Cédric Skrzyniarsz, formateur et informaticien à la Chambre d’Agriculture, “Pour maîtriser son matériel et ne pas perdre de temps, se former est indispensable”.
© EC
Sans permis de conduire et un bon apprentissage, la meilleure voiture du monde ne donnera jamais tout son potentiel. En informatique, même constat : Sans formation, des outils aussi simples que Word ou Excel, sans oublier Internet, ne seront pas maîtrisés à fond. Afin de répondre à une demande croissante, la Chambre d’Agriculture de la Manche a mis sur pieds toute une palette de service à la carte. Cédric, formateur et informaticien nous explique son fonctionnement. A la carte “Depuis peu, nous proposons des formations dites à la carte car plus adaptées aux impératifs des agriculteurs”. Concrètement, les personnes intéressées peuvent venir se former quand ils le veulent et sur les thèmes qu’ils ont eux-mêmes choisis. Cerise sur le gâteau, cette formation s’effectue à leur propre rythme, encore faut-il arriver à définir son niveau. Justement, Cédric Skrzyniarsz est aussi présent pour cerner leurs attentes et les diriger selon le niveau. “Débuter par des formations d’initiation n’a rien de péjoratif. Pour ceux qui ne connaissent quasiment rien à l’informatique, c’est le meilleur moyen de ne pas prendre de mauvaises habitudes, notamment sur le maniement du clavier, de la souris ou encore d’Internet”. Mais la Chambre d’Agriculture propose aussi des formations plus pointues. “Maîtriser à fond un traitement de texte, un tableur ou encore ses fichiers peut faire gagner beaucoup de temps dans l’organisation de son travail”. Site Internet Outre les sessions personnalisées adaptées au niveau de chacun, Cédric forme aussi sur la création de site “Internet” et surtout leur suivi. En effet, rien de plus déprimant qu’un site vieillot, lent, bref ringard. “Les professionnels du tourisme, que j’ai formés, ont bien apréhendé l’optimisation de leur site notamment au niveau des photos ou encore du montage vidéo. En les changeant, on obtient une meilleure fréquentation sur le web et donc plus de retours sur investissement”. Point qui a son importance, le prix des formations. “Nous sommes très compétitifs sur l’aspect financier. Cela va de 7 euros de l’heure à 140 euros pour trois jours dans le cadre de la création d’un site”. Par ailleurs, des aides conséquentes sont possibles par l’intermédiaire du fonds Vivea ou le FAFSEA pour les salariés d’entreprises agricoles ou agroalimentaires. Dernier conseil de notre informaticien, le choix d’un ordinateur. “Il n’est pas indispensable d’investir une fortune en matériels. Pour 6 à 700 euros, on trouve un matériel familial performant. Le plus important est de l’acheter dans un endroit où il y a un suivi”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité