Aller au contenu principal

L'informatique au service de l'agriculture
Sans formation, pas de salut possible

L’ordinateur a désormais envahi notre quotidien. Cédric Skrzyniarsz, formateur à la Chambre d’Agriculture, propose toute une palette de services du débutant au confirmé.

Cédric Skrzyniarsz, formateur et informaticien à la Chambre d’Agriculture, “Pour maîtriser son matériel et ne pas perdre de temps, se former est indispensable”.
Cédric Skrzyniarsz, formateur et informaticien à la Chambre d’Agriculture, “Pour maîtriser son matériel et ne pas perdre de temps, se former est indispensable”.
© EC
Sans permis de conduire et un bon apprentissage, la meilleure voiture du monde ne donnera jamais tout son potentiel. En informatique, même constat : Sans formation, des outils aussi simples que Word ou Excel, sans oublier Internet, ne seront pas maîtrisés à fond. Afin de répondre à une demande croissante, la Chambre d’Agriculture de la Manche a mis sur pieds toute une palette de service à la carte. Cédric, formateur et informaticien nous explique son fonctionnement. A la carte “Depuis peu, nous proposons des formations dites à la carte car plus adaptées aux impératifs des agriculteurs”. Concrètement, les personnes intéressées peuvent venir se former quand ils le veulent et sur les thèmes qu’ils ont eux-mêmes choisis. Cerise sur le gâteau, cette formation s’effectue à leur propre rythme, encore faut-il arriver à définir son niveau. Justement, Cédric Skrzyniarsz est aussi présent pour cerner leurs attentes et les diriger selon le niveau. “Débuter par des formations d’initiation n’a rien de péjoratif. Pour ceux qui ne connaissent quasiment rien à l’informatique, c’est le meilleur moyen de ne pas prendre de mauvaises habitudes, notamment sur le maniement du clavier, de la souris ou encore d’Internet”. Mais la Chambre d’Agriculture propose aussi des formations plus pointues. “Maîtriser à fond un traitement de texte, un tableur ou encore ses fichiers peut faire gagner beaucoup de temps dans l’organisation de son travail”. Site Internet Outre les sessions personnalisées adaptées au niveau de chacun, Cédric forme aussi sur la création de site “Internet” et surtout leur suivi. En effet, rien de plus déprimant qu’un site vieillot, lent, bref ringard. “Les professionnels du tourisme, que j’ai formés, ont bien apréhendé l’optimisation de leur site notamment au niveau des photos ou encore du montage vidéo. En les changeant, on obtient une meilleure fréquentation sur le web et donc plus de retours sur investissement”. Point qui a son importance, le prix des formations. “Nous sommes très compétitifs sur l’aspect financier. Cela va de 7 euros de l’heure à 140 euros pour trois jours dans le cadre de la création d’un site”. Par ailleurs, des aides conséquentes sont possibles par l’intermédiaire du fonds Vivea ou le FAFSEA pour les salariés d’entreprises agricoles ou agroalimentaires. Dernier conseil de notre informaticien, le choix d’un ordinateur. “Il n’est pas indispensable d’investir une fortune en matériels. Pour 6 à 700 euros, on trouve un matériel familial performant. Le plus important est de l’acheter dans un endroit où il y a un suivi”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité